Archives : Archives programmes

Programmation septembre -octobre 2017

DJAM du 7 au 12 septembre

De Tony Gatlif – France – 2017 – 1h

Avec Daphnée Patakia, Simon Abraciana¦.

La musique et l’exil sont les deux sources qui irriguent le cinéma généreux de Tony Gatlif. « Djam » est un road movie, voyageant de Lesbos à  Istanbul. Djam, jeune fille solaire et rebelle, croise des vies brisées par la crise et met ses pas dans ceux des migrants.

Tony Gatlif nous montre une Grèce exsangue, pas celle colorée des cartes postales,

une Grèce hivernale dépouillée par les banques, laissée comme nue dans une bise glaciale. Mais comme le dit en substance l’oncle de Djam : il nous reste la fraternité, la musique et l’envie de se battre ; de quoi réchauffer le cœur au fil de cette bouillonnante  odyssée humaniste à  la fois triste et joyeuse.


LOLA PATER du 14 au 19 septembre

De Nadir Moknèche France – Belgique  2017 – 1h32

Avec Fanny Ardent, Tewik Jallab, Nadia Kaci, Véronique Dumont¦

Zino, fils d’immigrés algériens enterre sa mère à Paris. Enfant unique, il a grandi avec elle après le départ brutal de son père Farid, parti depuis plus de vingt ans ; d’après les dires de sa mère, Zino croit que son père l’a abandonné. Le notaire lui apprend que Farid n’est pas retourné en Algérie mais qu’il réside en Camargue et que ses parents n’ont jamais divorcé. Pourquoi sa mère lui a-t-elle menti ? Zino décide d’aller le retrouver. Ce qu’il découvre va le plonger dans un grand désarroi. Malgré tout, il va tenter de renouer avec ce « nouveau Pater ».

Film remarquablement interprété par Fanny Ardent et Tewfik Jallab.

 

GABRIEL ET LA MONTAGNE du 21 au 26 septembre

De Fellipe Barbosa Brésil 2017 – 2h17 – VOST

Avec Joao Pedro Zappa, Caroline Abras..

Au Malawi, sur le mont Mulanje, deux agriculteurs fauchent de hautes herbes : l’un d’eux s’approche d’un rocher, sous lequel il découvre le corps d’un jeune homme, allongé en chien de fusil, comme plongé dans un profond sommeil. C’est le corps de Gabriel Bushman, ami d’enfance du réalisateur, disparu deux semaines plutôt sur ce mont Mulanje, à l’issue d’un voyage de plusieurs mois   travers le Kenya, la Tanzanie et la Zambie. Le film retrace les 70 derniers jours de Gabriel, voyage insensé, qui révéler sa personnalité  complexe et ambivalente, faite de contradictions et qui va finir par le conduire à  sa chute. A travers celle-ci, il met aussi en scène la culpabilité de la bourgeoisie brésilienne dont Gabriel est issu, le rapport entre le Brésil, puissance mergente et le Tiers Monde auquel il appartenait il y a peu. Quelque chose dans ce film bouleversant hantera pour quelque temps ceux qui l’ont vu.

Sélectionné à  Cannes (semaine de la critique)

 

Les FILLES d’AVRIL du 21 au 26 septembre

De Michel Franco  Mexique – 1h43 – VOST.

 Avec Emma Suarez, Ana Valeria Becerril, Joanna Larequi 

Valeria, 17 ans, vit avec sa grande sœur, dans une petite maison face à la mer. Elle est enceinte et amoureuse d’ un garçon du même âge, attentionné mais pas très mur. Elle accouche. Mais, très vite, avec son bébé, elle est dépassée. Sa mère vient l’aider. Mais la jeune grand-mère accapare l’enfant. Le film épouse les trois points de vue féminins de ce quatuor ou seul l’homme demeure passif et décrit une dérive de l’instinct maternel dans la relation mère-fille.

En compétition à Cannes dans la catégorie « Un certain regard ».

 

UN ETE 93 du 28 septembre au 3 octobre 

De Carla Simon  Espagne 2017 – 1H34 – VOST

Avec Laïa Artigas, Paula Roblès

Frida : c’est une petite bouille ronde et grave sous une tignasse toute bouclée  Une de ces petites figures craquantes du grand écran. Pour Frida, cet été là  va devenir un nouveau commencement, mais aussi la fin de quelque chose.

Il fait beau, elle part rejoindre oncle, tante, cousine dans un coin de campagne, loin de la ville ; il fait chaud, en apparence les vacances ordinaires s’écoulent.

Le film apparaît comme une célébration du temps d’été présent qui ‘écoule  tranquillement, mais on sent une douleur latente suspendue, qui flotte et tarde à  s’exprimer : nous ne devinons que par bribes : Frida vient de perdre ses parents . ETE93 est un beau film sur le cheminement, lent et imperceptible, qui s’opère dans l’esprit de Frida, cheminement d’une émotion contenue qui finit par éclater au grand jour. Elle se communique au spectateur età  terme «  Eté 93″ s’avéré un beau film sur la puissance du refoulement.

Prix du meilleur premier film au festival de Berlin

 

UNE VIE VIOLENTE du 5 octobre au 10 octobre

De Thierry de Peretti“ France  2017  1h47

Avec Jean Michelangeli, Henri-Noel Tabary, Cédric Appietto…

A l’occasion de l’enterrement de son ami d’enfance assassiné, Stéphane, jeune militant nationaliste corse parti se planquer à  Paris, décide de revenir au village. Librement inspiré de la trajectoire de Nicolas Montigny, militant d’Armata Corsa assassiné comme ses leaders J.M.Rossi et F. Santini, le réalisateur corse De Peretti nous livre un film engagé et brulant, en nous donnant une vision de l’intérieur, montrant la passion militante mais aussi  l’embrigadement et les dérives mafieuses. En contrepoint, une scène criante de vérité montre des mères, résignées, déplorant l’escalade de la vendetta. Ce sont des jeunes qui, hier encore étaient des frères, qu’on abat froidement. Le film montre l’attachement viscéral à cette terre comme une passion romantique aussi fascinante que pathétique et suicidaire.

Sélectionné à Cannes (semaine de la critique)

 

 

 

 

 

 

Publié dans Archives programmes | Commentaires fermés sur Programmation septembre -octobre 2017

Programmation juin juillet 2017

APRÈS LA TEMPÊTE  du 1er au 6 juin

 De Hirokazu Kore-Eda -Japon – 2016 – 1h58 – VOST. 

Avec Hiroshi Abe, Yoko Maki, Yoshizawa Taiyo

Un typhon oblige une famille disloquée à passer la nuit ensemble. Le père tente de regagner la confiance des siens. « Après la tempête », c’est ce qui reste de soi une fois passés les ambitions, les espoirs, les aspirations, une fois survenus l’amertume, l’échec, les déceptions. Voilà ce que dit avec une grande délicatesse et une douce langueur ce beau film grave et lent. Portée par les dialogues d’un duo mère-fils, c’est une ode à l’instant présent, seul refuge précaire dans un monde où rien n’est permanent, et surtout pas les rapports humains au

I AM NOT YOUR NEGRO  du 8 au 13 juin

  De Raoul Peck – Documentaire américano-français – 2016 – 95 mn

 En juin 1979, l’auteur noir américain James Baldwin écrit à son agent littéraire pour lui raconter le livre qu’il prépare : le récit des vies et des assassinats de ses amis Martin Luther King Jr, Medgar Evers, membre de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) et Malcolm X. En l’espace de cinq années, leur mort a traumatisé une génération. En 1987, l’écrivain disparait avant d’avoir achevé son projet. Il laisse un manuscrit de trente pages, «Remember This House», que son exécuteur testamentaire confie plus tard à Raoul Peck («L’Ecole du pouvoir», «Lumumba»). Avec pour seule voix off la prose de Baldwin, le cinéaste revisite les années sanglantes de lutte pour les droits civiques, les trois assassinats précités, et se penche sur la recrudescence actuelle de la violence envers les Noirs américains…

LES MAUVAISES HERBES Du  15 au 20 juin

De Louis Bélanger – Québec – 2h47

Avec Gilles Renaud, Emmanuelle Lussier- – Martinez, Alexis Martin

Un acteur criblé de dettes, un vieux misanthrope qui cultive du cannabis, une jeune femme passée relever les compteurs au mauvais moment et un préteur sur gages assez nerveux. Tout ce petit monde est réuni autour d’une intrigue où le cannabis n’est qu’un prétexte car chacun des personnages pris en otage par le vieux Simon va en découvrir plus sur la vie et sur eux mêmes en un mois qu’ils ne l’avaient fait en 10 ans.

Des dialogues enlevés pimentés d’une bonne dose de dialecte de français québecois achèvent de nous installer dans un monde de bonne humeur communicative.

Une vraie bonne surprise révélée au festival d’Angoulême l’an dernier.

Une vraie bonne surprise révélée au festival d’Angoulême l’an dernier

UNE FAMILLE HEUREUSE

Du 22 au 27 juin

De Nana Ekvtimishvili et Simon Gross – Georgie, Allemagne, F – 2017 – 2h – VOST

Avec la Shugliashvili, Merab Ninidze, Berta Khapava…

Professeure dans un lycée de Tbilissi, Manana est mariée depuis 25 ans à Soso. Ensemble, ils partagent leur appartement avec les parents de Manana, leurs deux enfants et leur gendre. Une famille en apparence heureuse et soudée jusqu’à ce qu’à la surprise de tous, Manana annonce au soir de son 52e anniversaire sa décision de quitter le domicile conjugal pour s’installer seule.

Le poids de la famille, amplifié dans un pays à fortes traditions, face au désir de liberté d’une femme qui veut enfin vivre par et pour elle-même : un film géorgien, qui a valeur largement universelle…

ZÉRO PHYTO 100% BIO 

Le 26 juin 2017

Documentaire de Guillaume Bodin 

EN AVANT-PREMIÈRE LE LUNDI 26 JUIN à 20h.

Zéro Phyto 100% bio, c’est le troisième documentaire de Guillaume Bodin sur des cantines bio et des villes sans pesticides, les enjeux de demain. Dans une enquête passionnante, il part à la rencontre de ces communes françaises qui n’ont pas attendu la loi Labbé pour être bio et écolo.

Depuis le 1er janvier 2017, la Loi Labbé interdit l’utilisation des produits phytosanitaires dans les espaces publics, une loi déjà mise en pratique par plusieurs communes de France. Guillaume Bodin est parti à la rencontre de creux qui prônent le bio dans les cantines scolaires, les entreprises ou l’agriculture et qui contribuent à la santé de la population et à la protection de l’environnement. Un documentaire   d’utilité publique.

A la fin du film, Guillaume Bodin sera présent et nous pourrons engager le débat avec lui.

L’HOMME AUX MILLE VISAGES 

Du 29 juin au 4 juillet

D’Alberto RODRIGUEZ- Espagne – 2h02 – VOST.  

Avec Eduard Fernandez, José Coronado, Marta Etura Luis 

Un escroc de haut vol au cœur d’un scandale d’État va entrainer la chute de deux ministres de l’intérieur de l’Espagne, puis précipiter la défaite électorale du gouvernement socialiste de Felipe Gonzalez. Francisco Paesa dit « Paco » aurait utilisé l’ex-premier flic d’Espagne pour se venger des mauvaises manières du gouvernement à son égard et, au passage gagner des milliards de pesetas. Le cinéaste reconstitue cette arnaque comme un thriller dopé à l’humour noir. Il réussit à ne pas égarer le spectateur dans un tel labyrinthe de manipulations croisées et de coups de billard à trois bandes bien que rien ne soit jamais sûr dans cette histoire, certes tirées de faits réels, mais dont on sait, dès la première séquence, qu’elle contiendra des mensonges.

 

 

Publié dans Archives programmes | Commentaires fermés sur Programmation juin juillet 2017

PROGRAMMATION AVRIL MAI 2017

 

 

  • 23 au 28 mai
  • 30 mai au 4 juin
  • 6 au 11 juin
  • 13 au 18 juin
  • 20 au 25 juin
  • 27 juin au 2 juillet

 

 

the lost cityDu 20 au 25 avril

THE LOST CITY OF Z

De James Gray – USA – 2017 – 2h30 – VOST

Avec Charlie Hunnam, Sienna Miller, Robert Pattinson…

En 1906, Percival  Fawcett,  colonel britannique, a pour mission d’établir une cartographie de la frontière entre le Brésil et la Bolivie., région convoitée pour son caoutchouc. Persuadé d’avoir découvert les restes d’une mystérieuse civilisation, (suite…)

Publié dans Archives programmes | Commentaires fermés sur PROGRAMMATION AVRIL MAI 2017

Programmation mars avril 2017

chez nous 49  au 14 mars

CHEZ NOUS

De Lucas Belvaux – France – 2017 – 1h54

Avec Emilie Dequenne, André Dussolier, Guillaume Gouix, Catherine Jacob…

Dans une petite ville du Nord, un parti populiste clone du FN, convainc une jeune infirmière de le représenter aux municipales. Une petite ville imaginaire située entre Lens et Lille, la précarité, le chômage et l’isolement font mourir les gens à petit feu ou bien les dressent les uns contre les autres de sorte que (suite…)

Publié dans Archives programmes | Commentaires fermés sur Programmation mars avril 2017

Programmation décembre 2016 janvier 2017

  • 23 au 28 mai
  • 30 mai au 4 juin
  • 6 au 11 juin
  • 13 au 18 juin
  • 20 au 25 juin
  • 27 juin au 2 juillet

Du 15 au 20 décembre

SWAGGER

074439-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

De Olivier Babinet – France – 2016 – 1h24

Un documentaire où des ados de banlieue se racontent et sont filmés comme rarement loin des clichés et des images moroses sur la cité.

Le cinéaste a pris ses quartiers pendant deux ans dans un collège d’Aulnay – sous – Bois dans le cadre d’une résidence d’artiste ; de là est née l’envie de les montrer avec leur propre singularité, leur histoire, leurs angoisses, leurs rêves….. (suite…)

Publié dans Archives programmes | Commentaires fermés sur Programmation décembre 2016 janvier 2017

Programmation novembre décembre 2016

Du 10 au 15 Novembre

LA FILLE INCONNUE

358852-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

De Luc Dardenne et Jean-Pierre Dardenne – Belgique – France –2016 –  1h46

Avec Adèle Haenel, Olivier Bonnaud, Jérémie Renier

L’intrigue de La Fille inconnue débute à la tombée de la nuit, à Liège en Belgique. Après l’heure de fermeture de son cabinet, (suite…)

Publié dans Archives programmes | Commentaires fermés sur Programmation novembre décembre 2016

Programmation octobre, novembre 2016

Du 6 au 12 octobre
BROOKLYN VILLAGE
brooklyn-village-afficheDe Ira Sachs – Etats-Unis – 1h25 – VOST

Avec Theo Taplitz, Michael Barbieri
Un couple, lui comédien, elle psy, hérite d’un bel appartement et quitte Manhattan pour Brooklyn. Le rez-de-chaussée de cette maison est loué depuis longtemps à une couturière latino-américaine. Au début les voisins sympathisent et leurs enfants, deux ados, deviennent d’inséparables amis… Mais peu à peu le récit va se tendre, se teinter de dureté et d’amertume. Les sourires, la convivialité, l’amitié s’effacent quand l’argent prend le dessus. Car il s’agit bien de cela, de cet argent que le fils du défunt, acteur de théâtre, gagne au compte-gouttes. Le loyer de la boutique est désormais jugé trop bas, tant pis pour la locataire… Suprématie du capital économique et culturel : si les figures centrales du film, les deux ados, Tony et Jake, rêvent d’investir la même filière artistique, on devine que leurs chances ne sont pas égales.
Brillamment dialoguée, cette comédie s’avère juste, drôle, implacable.

Du 13 au 18 octobre
AQUARIUS
aquarius-afficheDe Kleber Mendonça Philo – Brésil – 2016 – 2h22 – VOST
Avec Sonia Braga, Jeff Rosick, Irhandir Santos…
Clara est une critique musicale à la retraite, veuve et mère de 3 enfants. Elle vit seule, entre ses disques et ses livres, au deuxième étage de l’immeuble Aquarius, dernière habitante à refuser de quitter son appartement sous la pression d’un promoteur immobilier. Lentement, Clara va réexaminer sa vie, et fuir la réalité en se replongeant dans son passé.
Le réalisateur peint une chronique captivante de la société brésilienne, ainsi que le portrait haut en couleur d’une femme orgueilleuse et forte, porté par Sonia Braga, superstar brésilienne de soap opéra, qui était pressentie pour le prix d’interprétation.

Du 20 au 25 octobre
MA VIE DE COURGETTE
ma-vie-de-courgette-afficheDe Claude Barras – Franco-suisse – 1H06

Avec les voix de Michel Vuillermoz, Paulin Jaccoud, et Gaspard Schlatter
Un petit garçon vit seul avec sa maman, qui aime beaucoup la bière ; elle part au ciel, par sa faute. Comme elle le surnommait «  Courgette », c’est comme cela et pas autrement qu’il demande à être prénommé dans le foyer où il atterrit au milieu d’autres enfants blessés par la vie : il y a, entre autres, Simon, qui joue au dur, pour tenir le coup, Camille, qui sourit, sourit toujours et Béatrice, dont la mère a été reconduite à la frontière.
On est immédiatement sous le charme de ces petites marionnettes, aux yeux immenses, si expressifs sur le monde. En à peine plus d’une heure, le film de Claude Barras (dont le scénario est écrit par Céline Sciamma), serre le cœur et donne de l’espoir : tous les cris, tous les SOS partent dans les airs , légers comme des cerfs-volants vers le soleil.
Film présenté à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs

Du 27 octobre au 1er novembre
MOI DANIEL BLAKE
moi-daniel-blake-aficheDe Ken Loach – Grande – Bretagne – 2016 – 1h37 – VOST.

Avec Dave Johns, Hayley Squires, Dylan McKiernan
A 59 ans, Daniel Blake, veuf, se retrouve à la suite d’un infarctus dans l’incapacité de poursuivre son métier de menuisier. Bien qu’il lui en coûte, il doit faire appel à l’aide sociale de Newcastle. Or la chasse aux tire-au-flanc a pris les allures d’une croisade et sa fureur s’abat régulièrement sur des innocents. L’inefficacité volontaire de l’administration devient une arme politique. A l’inverse, les gestes de solidarité et de compassion se développent au sein des classes défavorisées. Ce que Ken Loach démontre avec rigueur et énergie c’est que  le retour aux idées victoriennes, à savoir que la pauvreté est un péché et qu’elle se corrige par la discipline, amène le retour des drames du temps d’Oliver Twist.
Palme d’Or à Cannes 2016.

Du 3 au 8 novembre
POESIA SIN FIN

poesia-sin-fin-afficheD’Alejandro Jodorowsky – Chili-France-

Grande Bretagne – 2016 – 2h05
Avec Adan jodorowsky, Pamela Flores,Brontis, Jodorowsky, Leandro Traub.
Cinéaste franco-chilien, Jodorowsky, d’origine ukrainienne est né en 1929 au Chili.. C’est un touche à tout génial, clown, scénariste, poète, essayiste, adepte des tarots, acteur auteur de BD, au grand dam de son père qui le voulait médecin et non avec un métier de « pédé ». Avec « Poesia sin fin », il filme la suite autobiographique de « La  Danza de la realidad » consacrée à son adolescence.
Le voilà passé de jeune homme exalté, chevelu, à un homme farouchement déterminé à être un poète. « Poesia Sin Fin » est un voyage initiatique dans un monde peuplé de monstres, de démons, de nains, d’homosexuels, de prostituées, personnages alcoolisés (intermédiaires entre l’humain et le divin), dans des lieux incroyables où l’imagination est reine.
Jodorowsky à qui l’on doit « El Topo, » « la Montagne sacrée », « Santa Sangra », « Blueberry » est un visionnaire. Souhaitons qu’il puisse tourner le 3ème volet de sa saga familiale.
Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes.

Publié dans Archives programmes | Commentaires fermés sur Programmation octobre, novembre 2016

Programmation septembre 2016

Du 1er au 6 septembre
STEFAN ZWEIG, ADIEU L’EUROPE
Zweig 1De Maria Schrader – Allemagne – 2016 – 1h46 – VOST
Avec Josef Hader, Barbara Sukowa, Aenne Schwartz…
L’auteur de Lettre d’une inconnue a beaucoup inspiré les cinéastes mais, plus ambitieuse et plus originale, la réalisatrice et actrice allemande ne se contente pas d’un biopic de plus. Elle reconstitue quelques moments des derniers moments d’une vie que l’arrivée de Hitler a jetée sur les chemins de l’exil. A New-York, Rio de Janeiro, Bahia, tout souligne la stature du romancier: on l’admire, on le flatte, on le sollicite…Pourtant, épuisé par les voyages, déraciné, il n’a plus la force de combattre la guerre ni profiter de la vie sous le soleil du Brésil. Grâce à un acteur étonnant, Josef Hader, le film décrit un sentiment subtil : le détachement qui se charge, peu à peu, d’une force délétère et tragique.

Du 8 au 13 septembre
TONI ERDMANN
Toni Erdman 1De Maren Ade – Allemagne – 2016 – 2h42 – VOST
Avec Sandra Huller, Peter Simonischek…
Sélection officielle Cannes 2016
Allemande de 37 ans expatriée à Bucarest, Inès est une femme d’affaires psychorigide, droguée de travail. A la veille d’une négociation délicate, elle n’apprécie pas l’arrivée de son père, un boute- en train négligé qui jaillit dans le hall de son entreprise, affublé d’une perruque et d’un dentier postiche. Ce père farceur va s’incruster dans son environnement, révélateur d’un monde occidental obsédé par la performance et le résultat. Pour assurer cette farce aussi hilarante qu’émouvante, Maren Ade a choisi des comédiens impressionnants, Peter Simonischek, un grand du théâtre allemand et Sandra Huller parfaite en exécutive woman dominatrice et fragile.

Du 15 au 20 septembre
SIERANEVADA
Sieranevada 1De Cristi Puiu – Roumanie – 2016 – 2h53 – VOST
Avec Mimi Branescu, Judith State, Bogda Dumitrache…
En compétition au Festival de Cannes
Contrairement à ce que laisse supposer le titre, l’action de Sieranevava se déroule principalement à Bucarest. Ce film aux allures de requiem est l’occasion d’explorer les tensions, les passions et les rancœurs qui tissent les liens familiaux. Sieranevada se concentre dans un seul lieu : un appartement où, quarante jours après le décès d’un être cher, sa famille et ses amis se réunissent pour lui rendre hommage selon les rites orthodoxes. Jusqu’alors, l’âme du mort était restée dans les parages pour ne pas se séparer trop brutalement des siens. Aujourd’hui, il est temps pour lui de partir, indifférent aux cris et aux larmes des convives qui s’engueulent, se croisent et s’étripent dans ce lieu clos. Tout ce petit monde est exaspéré, a faim et aimerait passer à table, mais nul n’y est autorisé avant l’arrivée du pope, chargé de bénir êtres et lieux. Et le pope est très en retard… Sieranevada sent bon le western et la musique de la langue espagnole. C’est un film sur la Roumanie, mais qui reflète un désespoir plus général. Quand le dîner peut enfin commencer, on se croirait soudain dans une pièce de Tchekhov, regrets et remords effacés… Un chef d’oeuvre lyrique.

Du 22 au 27 septembre
JUSTE LA FIN DU MONDE
Juste la fin du monde 1De Xavier Dolan – Canadien, Français – 2016 – 1h35
Avec Gaspard Ulliel, Nathalie Baye, Vincent Cassel, Léa Seydoux, Marion Cotillard.
Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Ce sont des retrouvailles tendues et souvent drôles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les querelles, et aussi les rancœurs. L’écart qui s’est creusé entre les uns et les autres génère l’incommunicable, une tragédie de l’intime, et aussi des échappées fantasques, ou encore le réveil de souvenirs lumineux. Adapté de la pièce de Jean – Luc Lagarce en 1990 alors qu’il était atteint du sida, ce sixième long métrage de Xavier Dolan est son plus abouti.
Grand prix du jury à Cannes

Du 29 septembre au 4 octobre
MIMOSAS
Mimosas 1De Olivier Laxee – Espagne, France, Maroc, Quatar – 2016 – 1h33 – VOST
Avec Ahmed Hammoud, Mohamed Shakib Ben Omar, Said Aagli…
Une caravane accompagne un Cheikh mourant à travers le Haut tlas marocain. Sa dernière volonté est d’être enterré près des siens. Mais la mort n’attend pas… Craignant la montagne, les caravaniers refusent de transporter le corps. Saïd et Ahmed, deux vauriens voyageant avec la caravane, promettent de porter la dépouille à destination. Mais connaissent-ils le chemin ? Dans un monde parallèle, Shakib est désigné pour partir dans la montagne avec une mission : aider ces caravaniers de fortune. Mimosas, la voie de l’Atlas conte à la fois un voyage épique et mystique dans les montagnes de l’Atlas au Maroc. Road movie aux décors somptueux, aux histoires mêlées et aux questionnement profonds.
Ce film a été présenté à la Semaine de la critique à Cannes.

Publié dans Archives programmes | Commentaires fermés sur Programmation septembre 2016

Programme juin 2016

Du 2 au 7 juin
DALTON TRUMBO
Dalton Trumbo 2De Jay ROACH – Etats-Unis – 2016 – 2h04 – VOST
Scénario : John McNamara, d’après Bruce Cook.
Avec Bryan Cranston, Diane Lane, Helen Mirren…
Ce Dalton-là, c’est le plus célèbre résistant à une chasse aux sorcières dirigée contre les « communistes » ou supposés tels, pendant les années 1950, où le maccarthysme sévissait à Hollywood. Ce personnage attachant, rusé et intègre, et interprété par Bryan Cranston qui met en scène son charisme, son énergie et son élégance narquoise, fut retenu coupable d’appartenir au Parti communiste américain. Il fut condamné à 11 mois de prison avec interdiction d’exercer son métier de scénariste. Il dut entrer dans la clandestinité. La profession lui décerna deux Oscars sans le savoir. Ce drame traité avec la fluidité, l’humour et l’éclat d’une comédie ressuscite tout un monde de célébrités confrontées à ce climat de guerre froide.

Vendredi 3 juin
Séance unique en présence de membres d’Amnesty International et suivie d’un débat

L’HOMME QUI REPARE LES FEMMES

Le Docteur Denis Mukwege, personnages

Le Docteur Denis Mukwege, personnages

De Thierry Michel – Documentaire belge -2015 – 1h52
« L’Homme qui répare les femmes » évoque le travail exceptionnel du docteur Denis Mukwege : médecin gynécologue, il a traité plus de 40 000 victimes et survivantes de violences sexuelles liées aux conflits dans l’Est de la République démocratique du Congo. En s’installant dans son quotidien et dans celui de quelques-unes de ses patientes à l’hôpital de Panzi, en l’accompagnant aussi lors de déplacements en Europe ou aux Etats-Unis, où il est régulièrement invité à parler de la situation des femmes du Kivu, ce film révèle comment et combien cet homme fait bouger les choses et donne espoir à la société congolaise. C’est donc tout naturellement qu’Amnesty International France est partenaire de ce film.

Du 9 au 14 juin

BADEN BADEN
Baden Baden 2De Rachel Lang – France, Belgique – 2016 – 1h34
Avec Salomé Richard, Claude Gensac, Swann Arlaud…
Après une expérience ratée sur le tournage d’un film à l’étranger, Ana, 26 ans, retourne à Strasbourg, sa ville natale. Le temps d’un été caniculaire, elle se met en tête de remplacer la baignoire de sa grand-mère par une douche de plain pied, mange des petits pois carotte au ketchup, roule en Porsche, cueille des mirabelles, perd son permis, couche avec son meilleur ami et retombe dans les bras de son ex. Bref, cet été là, Ana tente de se débrouiller avec la vie. La beauté du film réside dans les stratégies de résistance déployées pour faire face à la tornade de la brutalité. Le trouble que suscite la comédie tient à l’ambivalence totale du personnage de Salomé Richard qui, oscillant entre le masculin et le féminin, ne renonce pas à l’idée de la force et prend plaisir à détruire à la massue la baignoire de sa grand-mère.

Du 16 au 21 juin

LA SAISON DES FEMMES
La saison des femmes 1De Leena Yadav – 2015 – Inde – 1h56 – VO
Avec Tannishtha Chatterjeen, Radhika Apte, Surveen Chawla …
Inde, Etat du Gujarat, de nos jours. Quatre femmes vivent dans un village écrasé par la sécheresse et par le poids des traditions familiales aliénantes qui se transmettent de mère en fille et qui donnent tous les pouvoirs aux hommes. Rani, Lajjo, Bijli et Janaki parlent librement entre elles de leurs problèmes et tentent d’y trouver des solutions. Eprises de liberté, elles luttent contre leurs propres démons et rêvent d’un ailleurs, où l’amour serait possible. Après deux longs métrages réalisés à Bollywood, Leena Yadav a bifurqué vers le film indépendant. Non sans risque. Car, pour briser les tabous d’une société archaïque, elle montre ce que le cinéma indien, même alternatif, ne montre (presque) jamais : la violence conjugale, insoutenable. Ou des corps dénudés. Le film fascine pour ses fulgurances et ses ruptures de ton qui font passer de l’effroi au rire. Et l’on est bouleversé par le moment, d’une intense sensualité, où l’une soigne le corps tuméfié de son amie, frappée par son ivrogne de mari. Amitié intense qui glisserait presque vers l’amour.

Du 23 au 28 juin

LES HABITANTS
Les habitants 1De Raymond Depardon – France – 2016 – Documentaire – 1h45
Dans ce nouveau documentaire, Raymond Depardon a voulu montrer le visage et les vraies préoccupations des Français. Avec une caravane pour seul studio, des centaines de kilomètres parcourus, il a choisi de donner la parole aux Français rencontrés par hasard le long des routes. Le résultat est surprenant. Le photographe et cinéaste nous donne à voir et à entendre, sans filtre ni a priori, une France souvent absente des médias et du cinéma. La simplicité du dispositif nous invite à l’écoute, sans jamais faire de nous des témoins embarrassés mais au contraire en nous plaçant de plain-pied avec nos contemporains que le film nous rend proches et souvent attachants.

Du 30 juin au 5 juillet

FOLLES DE JOIE
Folles de joie 1Paolo Virzi – France, Italie -2016 – 1h56
Avec Valeria Bruni-Tedeschi, Micaella Ramazzotti, Valentina Carn…
A la Villla Blondi, institution psychiatrique, les pensionnaires jouissent d’une certaine liberté. Beatrice est une mythomane bavarde, au comportement excessif. Au contraire Donatella est une jeune femme tatouée, fragile et introvertie. Elles vont se lier d’amitié et décider de s’enfuir bien décidées à trouver un peu de bonheur dans cet asile de fous à ciel ouvert qu’est le monde des gens « sains». Film solaire sur la folie douce et joyeuse, porté par une Valeria Bruni-Tedeschi, inspirée, vibrionnante qui donne à voir un rythme haletant.
Film présenté à la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes

Publié dans Archives programmes, Uncategorized | Commentaires fermés sur Programme juin 2016

Programme Avril, mai 2016

Du 21 au 26 avril

L’AVENIR
L'AVENIR 4De Mia Hansen-Løve – France -2016 – 1h37
Avec Isabelle Huppert, André Marcon, Roman Kolinka….
Nathalie est prof de philo tout comme son mari et publie des articles philosophiques qui la passionnent. Le temps d’un été, Nathalie voit son monde s’effacer et ses repères vaciller. Le film raconte avec beaucoup de délicatesse ce moment où, quand son existence bascule, il faut tout reconstruire. Que faire de cette liberté nouvelle et soudaine ? Isabelle Huppert trouve là un rôle à la hauteur de son talent, apportant mille nuances à son personnage. Lumineuse en prof de philo, toujours en mouvement, elle est à la fois énergique et bouleversante de fragilité, intello et légère. Il se dégage de ce film une profonde douceur.
Prix de la mise en scène à Berlin.

Du 28 avril au 3 mai

FRITZ BAUER UN HÉROS ALLEMAND
FRITZ BAUER UN HÉROS ALLEMAND 1De Lars Kraume – Allemagne – 2016 – 1h46 – VOST
Avec Burghart Klaußner, Ronald Zehrfeld, Lilith Stangenberg…
Pour sauver son pays, il faut savoir le trahir. En 1957, le juge Fritz Bauer apprend qu’Adolf Eichmann se cache à Buenos Aires et rêve de l’extrader. Les tribunaux allemands préfèrent tourner la page plutôt que de le soutenir. Fritz Bauer décide alors de faire appel au Mossad, les services secrets israéliens.
Fritz Bauer est un personnage hors du commun : il ne s’est pas du tout comporté comme la plupart des victimes de l’Holocauste qui ne voulaient plus en parler. Bien qu’il ait eu à faire face à une très forte résistance, il voulait poursuivre les nazis – non pas par esprit de vengeance, mais parce qu’il était guidé par un grand esprit humaniste et qu’il voulait informer ses compatriotes. Il avait une personnalité lumineuse et il est devenu le personnage principal du film.

Du 5 au 10 mai

LE CŒUR RÉGULIER
LE COEUR RÉGULIER 2De Vanja D’Alcantara – Belge, Français, Canadien – 2016 – 1h35
Avec Isabelle Carré, Jun Kunimura, Niels Schneider…
Alice a une vie bien réglée, entre mari, enfants adolescents et belle maison design. Nathan, son frère cadet, vient lui rendre visite. Après un passé agité, il semble avoir trouvé la sérénité au Japon auprès de sa petite amie et grâce au sage Daïsuke. Alors que son avenir s’annonce radieux, il se tue dans un accident de moto. Bouleversée et décidée à faire le point sur sa vie, Alice se rend au pays du Soleil-Levant, pour rendre visite à ce fameux Daïsuke. Sur place, elle découvre des falaises d’où se jettent les désespérés. Daïsuke les surveille pour que ces suicidaires ne commettent pas leur geste fatal. Il les recueille ensuite chez lui. Dans une atmosphère toute japonaise, elle se remet à écouter son cœur…

Du 12 au 17 mai

SKY
SKY 1De Fabienne Berthaud – 2015 – France -1h42
Avec Diane Kruger, Norman Reedus, Q’Orianka Kilcher, Gilles Lellouche, Lena Dunham…
Romy est en vacances avec Richard, son mari français. Mais le voyage ne se passe pas comme prévu et révèle un peu plus les failles dans le couple. Complètement saoul, Richard se met à flirter avec deux blondes dans un bar. Romy le surprend. Lors d’une énième dispute où il lui reproche d’être stérile, elle pense l’avoir tué. Elle fuit au volant d’une vieille Plymouth mais finit par apprendre que Richard est vivant et à l’hôpital. Elle lui annonce qu’elle le quitte. Enfin libérée, elle entreprend un road-trip entre Las Vegas et les plaines du Nevada. Elle y croise le chemin de Diego, un séduisant ranger… Fabienne Berthaud entraîne sa muse Diane Kruger sur les routes américaines. La cinéaste s’approprie les codes du road-movie et signe le portrait libre et inspiré d’une femme blessée mais lumineuse.

Du 19 au 24 mai

PAULINA
PAULINA 2De Santiago Mitre – Argentine, Brésil, France – 2015 – 1h43 – VOST
Avec Dolores Fonzi, Oscar Martinez…
Paulina, 28 ans, renonce à une brillante carrière d’avocate pour se consacrer à l’enseignement dans une région défavorisée d’Argentine. Confrontée à un environnement hostile, elle s’accroche pourtant à sa mission pédagogique, seule garantie à ses yeux d’un engagement politique. Quitte à lui sacrifier son petit ami et la confiance de son père, un juge puissant de la région. Peu de temps après son arrivée, elle est violemment agressée par une bande de jeunes et découvre que certains d’entre eux sont ses élèves. En dépit de l’ampleur du traumatisme et de l’incompréhension de son entourage, Paulina s’efforcera de rester fidèle à son idéal social.

Du 26 au 31 mai

THE ASSASSIN
THE ASSASSIN 2De Hou Hsiao-Hsien – 2015 – Taîwan – 1h45 – VOST
Avec Shu Qi, Chang Chen, Yun Zhou…
The Assassin nous propose un bond en arrière jusqu’au IXe siècle, au coeur de la dynastie Tang, une des plus florissantes périodes de la Chine. Une jeune femme , Nie Yinniang, revient chez elle après plusieurs années d’un exil mystérieux. On découvre peu à peu qu’elle a séjourné auprès d’une nonne qui lui a enseigné les arts martiaux ; Nie Yinniang est devenue une professionnelle de l’assassinat, envoyée à Huebo pour tuer le gouverneur félon de la province, son cousin à qui elle fut fiancée.
Le film est ponctué de rares combats, magnifiquement chorégraphiés, ciselés avec grâce, mais la tension réside essentiellement dans l’atmosphère feutrée des palais où les intrigues se nouent. Hou Hsia-Hsien filme magnifiquement les paysages grandioses de la Mongolie et de la Chine, et magnifie en clair obscur les intérieurs couleur sang et or que n’aurait pas renié Caravage, des intérieurs où se nouent les amours déçues, les vengeances longtemps enfouies… Nous sommes transportés dans un monde frémissant, comme si la caméra-pinceau de Hou Hsia-Hsien avait rapporté des images documentaires du IXè siècle ! La mise en scène est d’une admirable précision et les plans séquences maîtrisés à la perfection, illuminés par l’égérie du cinéaste, Shu Qi.
Prix de la mise en scène au festival de Cannes 2015

Publié dans Archives programmes, Uncategorized | Commentaires fermés sur Programme Avril, mai 2016