Archives : Archives

Nanni Moretti

Nanni-Moretti-00719 août 1953,  Brunico  Italie

Réalisateur, acteur

Palombella Rossa, Journal Intime, La Chambre du Fils, Le Caïman, Habemus Papam, Mia Madre, Tre Piani

 

Tre Piani, adaptation d’un roman

Tre Piani est adapté du roman du même nom (« Trois étages » en français) de l’écrivain israélien Eshkol Nevo . Ce dernier y aborde des thèmes universels comme la culpabilité, les conséquences de certains choix, la justice ou encore la responsabilité qui accompagne le fait d’être parent. Nanni Moretti, qui pour la première fois n’est pas à l’origine de l’idée de base de l’un de ses films, explique : (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Nanni Moretti

Ramon et Silvan Zürker ( La Jeune Fille et l’Araignée )

Suisse

Réalisateurs , monteurs, scénaristes

L’étrange Petit Chat, La Jeune Fille et l;Araignée

 

Entretien avec les réalisateurs de cette pépite, les Suisses Ramon & Silvan Zürcher.

Lorsque nous avions échangé à l’époque de L’Étrange petit chat, vous m’aviez dit que le film avait failli s’appeler La Mite. Votre nouveau film s’intitule La Jeune fille et l’araignée, qu’est ce qui vous semble si évocateur chez les insectes ?

Ramon : C’est vrai qu’à l’époque, on avait déjà cette idée d’un film qui serait comme un insecte caché dans un appartement. On aimait l’idée que, dans L’Étrange petit chat, la mite n’apparaisse que dans une scène très courte et n’ait pas beaucoup d’importance en apparence. On aime donner la place centrale à quelque chose qui semble ne pas avoir d’importance afin que le spectateur puisse en avoir une nouvelle perception. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Leave a comment

Petite sœur

SEMAINE DU 25 NOVEMBRE AU 30 NOVEMBRE

 PETITE SŒUR de Stephanie Chuat et Véronique Reymond– film suisse 2020 -1H39

Avec Nina Hoss, Lars Eidinger, Jens Albinus, Thomas Ostermeier et Marthe Keller

C’était au festival de Berlin, en février 2020, juste avant le couperet de la crise sanitaire. On découvrait l’une des plus belles révélations de la compétition, Schwesterlein (« Petite sœur »), second long-métrage de deux réalisatrices suisses venues du documentaire, Stéphanie Chuat et Véronique Reymond. L’impressionnant casting avait de quoi rendre curieux, avec trois immenses acteurs de théâtre et de cinéma : Nina Hoss, égérie de Christian Petzold (Barbara, Phoenix) ; Jens Albinus, issu de la scène danoise, qui a percé sur le grand écran avec Lars von Trier ; enfin Lars Eidinger, Hamlet (entre autres) dans la cour d’honneur d’Avignon, en 2008, avec une mise en scène de Thomas Ostermeier. Précisons que Lars Eidinger et Thomas Ostermeier jouent leur propre rôle dans Petite sœur, tout en incarnant des personnages de fiction.

Petite sœur raconte une histoire des plus simples, un amour fraternel, que la mise en scène à la précision suisse et le génial travail sur le son emportent dans un tourbillon virtuose. Lisa (Nina Hoss), dramaturge berlinoise, mène une vie d’expatriée en Suisse qui l’a un peu éloignée de la scène, son compagnon (Jens Albinus) ayant été nommé directeur d’une école internationale de musique, dans les collines verdoyantes de Leysin. Lisa a un frère jumeau qu’elle adore, Sven (Lars Eidinger), célèbre acteur allemand avec lequel elle partage la passion de la scène, héritée des parents (vénéneuse Marthe Keller). Lisa est née deux minutes après son frère, et pour cette raison celui-ci l’appelle ironiquement « petite sœur ».

 Sven est atteint d’une leucémie, il a dû interrompre son travail sur Hamlet. Lisa est persuadée que le plateau et les répétitions vont lui redonner l’énergie, pour affronter la maladie. Le film se consacre alors à tirer les fils de la relation, entre les 2 jumeaux : fils narratifs, musicaux, gestuels et… sans pathos, dans sa course contre le temps, le film transmet dans l’urgence le plus important, la sensation étrange que ces deux êtres sont reliés par quelque chose d’invisible : Lisa se met à écrire un monologue pour tenir son frère en vie et les voilà pris dans la roue du théâtre, ils se lancent à corps perdu dans une pièce pour un acteur, un seul.

Avoir tourné un tel scénario, en 2019, sur ce besoin impérieux de créer, juste avant le confinement a quelque chose de vertigineux et de grandiose, le film le prouve.

D’après la critique de Clarisse Fabre- Le Monde octobre 2021

 

Publié dans 1er film du programme, Archives films | Leave a comment

Programmation du 25 novembre au 18 janvier 2022

Du 25 au 30 Novembre

PETITE SŒUR

De Stephanie Chuat et Véronique Reymond- film suisse 2020 -1H39 Avec Nina Hoss, Lars Eidinger, Jens Albinus, Thomas Ostermeier et Marthe Keller

Lisa (Nina Hoss), dramaturge berlinoise, mène une vie d’expatriée en Suisse qui l’a un peu éloignée de la scène, son compagnon (Jens Albinus) ayant été nommé directeur d’une école internationale de musique, dans les collines verdoyantes de Leysin. Lisa a un frère jumeau qu’elle adore, Sven (Lars Eidinger), célèbre acteur allemand avec lequel elle partage la passion de la scène, héritée des parents – Marthe Keller vénéneuse dans le rôle de la mère férue de théâtre politique. Lisa est née deux minutes après son frère, et pour cette raison celui-ci l’appelle ironiquement « petite sœur ». Sven est atteint d’une leucémie et a dû interrompre son travail sur Hamlet. Lisa est persuadée que le plateau et les répétitions lui redonneront l’énergie pour combattre la maladie. Le film  ensuite, tire le fil de la relation entre les 2 jumeaux, fils narratifs, musicaux et gestuels, sans pathos avec une impression d’urgence à transmettre.

 

Du 2 au 7 Décembre

LA JEUNE FILLE ET L’ARAIGNÉE 

De Ramon et Silvan ZÜRCHER – Suisse-1h48, VOST. 

Avec Henriette Confurius, Liliane Amuat, Ursina Lardi, Flurin Giger. 

Un déménagement vu comme un ballet finement orchestré par deux frères jumeaux suisses-allemands. Mara, acerbe avec le sourire, n’hésite pas à dire des choses cruelles. Elle a deux locataires amis, Markus et Lisa. Mais Lisa quitte l’appartement pour un autre. Elle remplace ou déplace les objets, modifiant ainsi ce qui a construit sa vie. Elle déclenche une série de chambardements émotionnels, plus ou moins inconsciemment. Le film, conçu comme un jeu de dévoilement à partir de détails, de faits imperceptibles et de rêves, met en scène une circulation tourbillonnante de désirs, de dédains, de jalousie en tous genres y compris auprès de personnages qui gravitent autour de ce déménagement 

http://cinecimes.fr/ramon-et-silvan-zurker-la-jeune-fille-et-laraignee/

 

Du 2 au 7 Décembre

Du 2 au 7 Décembre

TRE PIANI

De Nanni Moretti/ Italie/ VOST/ 1H59

Avec Margherita Buy, Nanni Moretti, Alessandro Sperdutti

Une série d’événements va transformer radicalement l’existence des habitants d’un immeuble romain, dévoilant leur difficulté à être parent, frère ou voisin dans un monde où les rancœurs et la peur semblent avoir eu raison du vivre ensemble. Tandis que les hommes sont prisonniers de leurs entêtements, les femmes tentent, chacune à leur manière, de raccommoder ces vies désunies et de transmettre enfin sereinement un amour que l’on aurait pu croire à jamais disparu…

http://cinecimes.fr/nanni-moretti/

 

Du 9 au 14 décembre

Du 9 au 14 décembre

ORANGES SANGUINES De Jean-Christophe Meurisse – France – 2021 – 1h42 

Avec : Alexandre Steiger, Christophe Paou, Lilith Grasmug. 

Cette comédie noire et grinçante est articulée autour de trois histoires à priori déconnectées : un couple de retraité surendettés tente de remporter un concours de rock, une ado veut avoir sa première expérience sexuelle et tombe sur un psychopathe, un ministre est empêtré dans une affaire de fraude fiscale. Résultat : un ovni fulgurant qui oscille entre comédie grinçante à mourir de rire (incroyables dialogues), film de torture et récit social. Un objet vraiment punk, réjouissant et anarchique, mais qui n’oublie jamais de traiter ses sujets : le déracinement des élites, la lutte des classes et l’ineptie de nos sociétés. Tout ça n’était qu’une farce noire, d’accord, mais au bout du tunnel, il y avait tout de même de la lumière 

 

Du 9 au 14 décembre

Du 9 au 14 Décembre

L’EVENEMENT De Audrey Diwan – France – 2021 – VOST – 1h 40, 

Avec Anna Maria Vartolomei 

Anne étudiante prometteuse, tombe enceinte. Elle décide d’avorter, prête à tout pour disposer de son corps et de son avenir. Elle s’engage seule dans une course contre la montre, bravant la loi. Les examens approchent, son ventre s’arrondit. Nous sommes en 1963, 12 ans avant le grand pas en avant initié par Simone Viel. Et envisager de se faire avorter, c’est agir contre la loi, et affronter la violence d’une société qui condamne le désir des femmes et le sexe en général. 

Le film, réalisé d’après un récit de d’Annie Ernaux, a obtenu le lion d’or au festival de Venise et deux prix au festival du film de Saint Jean-de-Luz z. 

 

Du 16 au 21 Décembre

Du 16 au 21 Décembre

LINGUI, LES LIENS SACRES 

De Mahamat Saleh Haroun France 2021- 1H27 

Avec Achouackh Abakar, Rihane Khalil Alio 

C’est l’histoire d’une femme tchadienne Asmina, Elle élève seule sa fille de 15 ans, Maria. On devine ce qu’elle a enduré. À voir ses dérobades pour ne pas être importunée, soit par l’imam qui la sermonne, soit par un voisin qui lui déclare sa flamme, on sent que cette femme n’est toujours pas en paix. Maria est exclue du lycée car elle est enceinte, elle décide d’avorter. L’avortement est condamné par la religion et puni par la loi au Tchad ; Asmina refuse d’abord la perspective de l’avortement puis fait tout pour la délivrer d’un sort identique au sien et décide de soutenir sa fille. Un long et tortueux parcours de combattantes les attend 

 

Du 6 au 11 Janvier 22

Du 6 au 11 Janvier 22

MES FRERES ET MOI 

De Yohan Manca – France – 2021 – VOST – 1h 48 

Avec Maël Rouin-Berrandou, Judith Chemla, Dali Benssalah, Sofian Kham 

L’été s’annonce morose pour Nour : il passe ses journées entre l’appartement défraîchi qu’il partage avec ses trois frères et des travaux d’intérêt général. Alors qu’il repeint les couloirs de son collège, il fait la rencontre de Sarah qui anime un cours de chant lyrique pour l’été…Mes frères et moi, c’est la pépite du Festival de Cannes 2021. Avec simplicité, Yohan Manca dresse le portrait d’une famille soudée dans l’adversité : marqués par une histoire compliquée, les quatre frères se débrouillent comme ils peuvent. Une oeuvre lumineuse, qui montre avec subtilité comment la passion artistique élargit les horizons et ouvre au monde. Interprété par une troupe de comédiens terriblement attachants, le film déborde d’amour et de vie. Face à une réalité sociale difficile, il fait souffler un vent de fraîcheur en osant la spontanéité, l’humour et…l’opéra 

 

Du 13 au 18 Janvier 22

Du 13 au 18 Janvier 22

LES AMANTS SACRIFIÉS 

De Kiyoshi kurosawa – France, Qatar, Suisse, Algérie – VOST-1h55 – Avec Yû Aoi, IsseyTakahashi, Masahiro Higashide … 

Kurosawa a eu l’envie d’arpenter d’autres terrains que celui du fantastique, il s’aventure pour la première fois dans un film d’époque avec un scénario cosigné par le réalisateur de Drive my car. Les amants sacrifiés nous entraîne dans le japon des années 40, à la veille de la seconde guerre mondiale. C’est dans ce cadre tendu qu’au cours d’un voyage professionnel en Mandchourie, un riche marchand tombe sur une unité de recherche de l’armée nippone qui développe des expérimentations humaines interdites. Il revient au Japon dans l’idée de les révéler au monde. Son attitude intrigue puis inquiète sa compagne qui croit à une infidélité. L’intérêt du film se situe dans le scénario aux rebondissements surprenants et parfaitement orchestrés, conçu avec Ryusuke Hamaguchi. Le récit entremêle film d’espionnage et portrait d’un couple, avec ce qu’il faut de suspense et de mélo. La mécanique implacable, n’étouffe pour autant jamais l’émotion. Il y a du Hitchcok dans ce Kurosawa là. 

Lion d’argent de la mise en scène au festival de Venise 2020

Publié dans Archives programmes, Programmation | Leave a comment

Nabil Ayouch

Né le 1er Avril 1969 à Paris

Franco-marocain

Réalisateur, producteur

Mektoub, Ali Zaoua Prince de la Rue, Whatever Lola Wants, Les Chevaux de Dieu, Much Loved, Razzia , Haut et Fort

QUEL A ÉTÉ LE POINT DÉPART DE CE NOUVEAU FILM « HAUT ET FORT » ?

L’envie de faire un film qui donnerait la parole à la jeunesse. Cette envie est très liée à mon histoire. D’abord à mon adolescence. J’ai appris à réfléchir le monde, à le regarder dans une MJC à Sarcelles dans les années 1980. Grâce aux arts et à la culture, j’ai appris là-bas à raconter et à aimer qui j’étais. Dans mon parcours et celui de pas mal de mes copains à l’époque, ces lieux ont été décisifs. On nous a fait confiance, on nous a donné les mots, les gestes, l’espace mais surtout la liberté de nous raconter et d’écouter les autres. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Nabil Ayouch

Stéphanie Chuat et Véronique Reymond (Petite Soeur )

Rencontre avec les réalisatrices Stéphanie Chuat et Véronique Reymond.

Onze ans après La Petite chambre et après d’autres projets de documentaires et séries, Petite soeur, présenté en Première mondiale en Compétition à la Berlinale 2020, met en scène Nina Hoss, Lars Eidinger et Marthe Keller dans une histoire forte et intime. Celle de deux jumeaux, Lisa et Sven, liés coûte que coûte par ce qui les unit et la création théâtrale. Ils se battent contre la maladie jusqu’à se sentir plus vivants que jamais.

(suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Leave a comment

Les amants sacrifiés

LES AMANTS SACRIFIES

Film de Kiyoshi Kurosawa

France, Qatar, Suisse, Algérie – 2021-1h55

Avec Yû Aoi, Issey Takahashi, Masahiro Higashide

Voilà un thriller romanesque et historique magistral, divinement alambiqué, une partie d’échec psychologique palpitante, un joyau vu rarement, c’est la rencontre de 2 grands réalisateurs japonais, le maître de la peur kiyoshi Kurosawa et son très romantique élève Ryûsuke Yamaguchi devenu incontournable suite à plusieurs récompenses à Cannes, qui a la science du dialogue (chaque situation très écrite creuse le portrait des personnages). Et quand l’amour se frotte à la peur, tels 2 silex noirs : la passion se propage forcément comme une traînée de poudre. L’intrigue du film, pour notre plus grand plaisir est inextricable.Les manipulateurs seront à leur tour manipulés et ainsi de suite. Des renversements d’autant plus inattendus qu’ils ne sont pas régis par les mêmes logiques; les psychés tortueuses des personnages comme autant de stratégies éparses, peinent à se rejoindre, à se comprendre, à s’anticiper. Les actes de Satoko guidés par son amour pour Yusaku, son désir de rester coûte que coûte avec lui, même si en toile de fond se profile la funeste destinée du japon en pleine seconde guerre mondiale, elle souhaite avant tout se battre pour son bonheur.Yusaku, lui,veut défendre son pays mais reste plus trouble dans ses ambitions. Cosmopolite dans l’âme, tourné vers l’occident,il ne se résoud pas à accepter la ferveur nationaliste montante dans son pays ce début 1941 où le Japon pactise avec l’Axe rendant sa population complètement folle. Il aime Satoko mais ses dilemmes intérieurs lui disent d’agir avant tout pour des nobles causes qu’il défend et non pour lui même, à moins que son motif soit plus inavouable .

C’est alors un pernicieux jeu de chat et de la souris entre eux pour défendre leurs desseins respectifs, quitte à se mentir, se blesser, se trahir. On ressort déchiré, lessivé et meurtri par l’intensité du drame qui se joue sous nos yeux: le choc de 2 libres-arbites dans le tumulte de l’histoire. D’autant plus que la maestria de la mise en scène, la qualité des décors,l’ampleur picturale des images constituent,tout au long de cette intrigue captivante, un théâtre des cruautés des plus cinématographiques. A l’issue, ce film nous pose une question résolument d’actualité : et vous que feriez vous pour rester intègre face à la menace ?

Cette alliance entre ces 2 réalisateurs accouche d’un film étonnant qui sait être dur tout en gardant une image très belle et très digne. Ce regard acéré sur le Japon impérialiste qui commit tant d’exactions dans toute l’Asie du Sud-Est dans la première moitié du vingtième siècle, est particulièrement précieux tant il est rare.

Publié dans 9ème film du programme, Archives films | Leave a comment

Philippe Lacôte ( La Nuit des Rois )

Né en 1969 à Abidjan

Franco-Ivoirien

Producteur, réalisateur

Pourquoi la MACA ?

Philippe Lacôte a choisi de situer l’intrigue des Rois de la nuit au sein de la prison de la MACA (la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan). Il s’agit de l’unique prison de la ville de Côte d’Ivoire et de l’un des établissements pénitentiaires les plus surpeuplés d’Afrique de l’Ouest. Le réalisateur l’a découverte quand il était enfant et y allait régulièrement parce que sa mère, opposante politique, y a été enfermée pendant un an par le régime de Houphouët-Boigny. Il se souvient : (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Leave a comment

Jasmila Zbanic ( La Voix d’Aïda )

Née le 19 décembre 1974 à Sarajevo

Bosnie

Réalisatrice, scénariste, actrice, productrice

Sarajevo mon Amour, Le Choix de Luna, Les Femmes de Visegrad, La Voix d’Aïda

Entretien avec Jasmila Žbanić

Avec La Voix d’Aïda, la Bosnienne Jasmila Žbanić trouve l’équilibre très délicat entre drame familial et thriller d’action pour raconter avec force et nuance une tragédie.

Contrairement à ce qu’on croirait devoir attendre d’un film sur de tels événements, La Voix d’Aïda ressemble parfois moins à un drame qu’à un film d’action. En tant que réalisatrice, comment avez-vous pris soin de trouver votre rythme idéal sur lequel raconter cette histoire ?

Je me suis rendu compte très tôt que tenter de sauver sa famille allait être une tâche très physique pour Aïda et qu’elle aurait à courir dans tous les sens. Je disais alors pour rigoler que La Voix d’Aïda allait être en effet un film d’action !

(suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Leave a comment

Juho Kuosmanen ( Compartiment n°6 )

Né le 30 septembre 1979 à Kokkola

Finlande

Réalisateur, scénariste, acteur, monteur

Olli Mäki

Entretien avec Juho Kuosmanen, réalisateur

Comment avez-vous découvert ce roman ? À quel moment avez-vous décidé d’en faire un film, et quel était pour vous l’intérêt principal de cette histoire ? Avez-vous décidé d’apporter des changements importants lors de l’adaptation du scénario ?

Ma femme l’a lu quand il est sorti en 2010. J’ai jeté un coup d’œil à la quatrième de couverture et je lui ai demandé si on pourrait l’adapter au cinéma. Elle a répondu : « Pourquoi pas, c’est une histoire intéressante ». C’était intéressant, effectivement, mais c’est un roman. L’histoire part donc dans de nombreuses directions différentes, et pour une adaptation cinématographique, cela pose la question : « quelle direction prendre » ? […] (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs, Uncategorized | Leave a comment