Archives auteur : admincc

Hynur Palmason ( Godland )

Né le 30 septembre 1984 à Rekjavik

Islande

Réalisateur, scénariste, directeur de la photographie

Winter Brothers, Un Jour si Blanc, Godland

Entretien avec Hlynur Palmason, réalisateur 

GODLAND se déroule à l’époque où l’Islande était sous domination danoise. Qu’est-ce qui vous a amené à traiter une histoire du temps de la colonisation ? 

Ma vie a toujours été partagée entre ces deux pays très différents, qui m’ont modelé de nombreuses manières. L’autorité de la couronne danoise en Islande a pris fin il n’y a pas si longtemps et je ne l’ai jamais vraiment vue dépeinte au cinéma. J’avais envie d’explorer les contraires dans le paysage, dans les tempéraments et dans le langage, ou disons la source de nos malentendus, mais également les oppositions de forme et de sentiment et la façon dont elles se révèlent dès que l’on met ces deux pays l’un face à l’autre. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Leave a comment

Par cœurs de Benoit Jacquot

PAR CŒURS de Benoit Jacquot France 2022 1 h 16
Avec Fabrice Lucchini et Isabelle Huppert

Festival d’Avignon, été 2021. Une comédienne, un comédien, face à leur rôle, leur texte, juste avant les représentations. Devant la caméra documentaire de Benoit Jacquot, Isab
elle Huppert et Fabrice Luchini au travail.

Par cœurs invite le spectateur à un moment suspendu, dans lequel deux amoureux et maîtres de leur art se livrent à ce qu’ils savent faire de mieux : caresser les mots de leur passion qu’ils ont pour eux.
Avec beaucoup de générosité, Isabelle Huppert et Fabrice Lucchini ouvrent des portes presque sacrées : Dans cette intimité de l’avant représentation, qui renferme tous les doutes et les derniers instants de présent avant de quitter le monde des coulisses pour ceux de la lumière, les deux acteurs se livrent complètement. La rencontre, bien qu’elle n’ait jamais lieu, est celle d’un duo de glace et de feu. L’une a l’élégance de la précision, l’autre l’exubérance de la passion. Deux comédiens aux antipodes l’un de l’autre et pourtant animés par cette même faim du mot délivré à sa plus juste valeur – soit dans son exactitude, soit dans son sens véritable
.
Par cœurs est une introduction dans le vif de ce que représentent Isabelle Huppert et Fabrice Lucchini dans le paysage de la belle interprétation française. Chaque moment aux côtés de celui qui aime d’un amour sans égal le théâtre et chaque instant de pur abandon auprès d’Isabelle Huppert font le film. L’actrice y est bouleversante de franchise, ouvrant à la caméra des moments de travail acharné mais qui, comme par miracle, s’ouvrent sur une infinie légèreté. ; les moments d’introspection sont forts.

Moins qu’une rencontre au sens propre du terme, Par cœurs propose une comparaison savamment montée en champs contre champs, explorant les similitudes non seulement entre les artistes, mais également entre les exercices dans lesquels on les retrouve – une pièce avec troupe et répliques à donner pour Huppert, un seul en scène comme il les affectionne pour Lucchini.

Ce film est un plaisir pour les amateurs de ces deux grands acteurs, une gourmandise à savourer pour ceux qui aiment le beau verbe dans de belles bouches.

Publié dans 5ème film du programme, Archives films | Leave a comment

Mario Martone ( Nostalgia )

Né le 2à novembre 1959 à Naples

Italie

Réalisateur, scénariste, metteur en scène de théâtre et d’opéra

Mort d’un Mathématicien Napolitain, Nostalgia

Entretien avec Mario Martone, réalisateur

Quelle différence y a-t-il entre être Italien et être Napolitain ? 

Être Napolitain, c’est une façon particulière d’être Italien. Notre ville est restée la même depuis la Grèce antique. Naples est une ville dans laquelle il y a une sorte d’abandon, un désenchantement qui peut subitement se retourner, se renverser, pour devenir un enchantement. À Naples, chanter, jouer, être comédien, c’est naturel. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Leave a comment

Les 8 Montagnes

LES HUIT MONTAGNES

                                                                          

Film de Felix Van Groenningen, Charlotte Vandermeersch, Italie/Belgique/France – 2h30

Avec Luca Marinelli, Alessandro Borghi, Filippo Timi.

Depuis La Merditude des choses et Alabama Monroe, on sait que Felix Van Groeningen n’a peur de rien. En tout cas ni du mélo, ni du trop-plein. Nouvelle preuve avec ce Huit montagnes, co-réalisé avec sa femme Charlotte Vandermeersch. Adapté du roman de Paolo Cognetti, le film suit de l’enfance à l’âge adulte Pietro, l’enfant solitaire de la ville, et Bruno, le gamin farou­che de l’alpage. Récit d’initiation mélancolique, Les 8 montagnes raconte leur histoire d’amitié et la manière dont ces deux copains grandissent, se construisent et s’éloignent pour mieux se retrouver. Bruno reste sur les lieux de sa naissance, se marie, devient père et monte son entreprise. Pietro, lui, cherche des réponses dans l’exil. Il erre, pose son sac au Népal, sans parvenir à s’enraciner… Tout quitter pour se (re)trouver ou s’ancrer pour se construire ? La chronique existentielle flirte (parfois) avec les leçons de vie et les maximes de développement personnel, mais comme toujours chez Groeningen il s’agit de nous embarquer dans des montagnes russes émotionnelles. Et l’émotion est là. Souvent inattendue. Pris à bras-le-corps dans une histoire intense, parfois violente, le spectateur suit les héros entre désenchantement et lyrisme. Incroyablement filmé (les montagnes occupent tout l’espace du cadre carré), incroyablement incarné (est-ce qu’un jour Lucas Marinelli, l’interprète de Pietro, aura le succès qu’il mérite ?), le film produit des vibrations intimes puissantes et impressionne par sa maestria visuelle et sa manière de mettre l’homme face à lui-même, entre doute, renoncement et espoir émerveillé. Ce film a été tourné dans le Val d’Aoste (Italie).

Publié dans 2ème film du programme, Archives films | Leave a comment

Nostalgia

Italie: 2022/ 1H57

Réalisé par Mario Martone

Avec Pierfrancesco Favino, Tommaso Ragno, Francesco di Leva

 

Mario Martone est napolitain avant tout, et son film se passe intégralement à Naples, en grande partie dans un de ses quartiers, La Sanita, quartier populaire mythique fait de ruelles en pentes, d’immeubles décatis creusés à même la roche, et arpenté encore aujourd’hui par les sbires de la mafia locale.

«La connaissance est dans la nostalgie. Qui ne s’est pas perdu ne possède pas. Pasolini.

Homme d’affaires expatrié, passé par le Liban et l’Afrique du Sud, désormais basé au Caire, Felice Lasco revient à Naples, la ville où il a grandi, dans le quartier labyrinthique de la Sanità. Il y retrouve sa mère, les rues de son enfance et décide de renouer avec ce lieu dont il a été absent trop longtemps. Où il va devoir composer avec la nouvelle donne locale, toute en vives tensions mafieuses, et faire l’inventaire de vieux souvenirs liés à son ancien meilleur ami, Oreste Spasiano, cause de son départ quarante ans plus tôt et aujourd’hui à la tête d’une tentaculaire organisation criminelle.

Nostalgia réussit toutefois à taper terriblement juste lorsqu’il aborde son sujet central, qui est moins la nostalgie que le déracinement. Exprimé avec finesse et une étonnante économie de moyens par le personnage de Felice (Pierfrancesco Favino, excellent, on a l’habitude), nœud d’opiniâtreté, de rêves et de contradictions impossible à délier. Qui ne peut revenir à la raison alors que tout indique que la seule voie sensée est de refaire ses valises pour retrouver son épouse au Caire. Qui vit au passé mais repousse indéfiniment son départ pour s’inventer à tout prix un présent dans un lieu qu’il habite mais où il n’existe jamais vraiment.

Le  film est tiré d’un roman, Nostalgia, écrit par Ermanno Rea, sorti juste après sa mort en 2016. Il met en scène outre notre héros Felice,  un prêtre énergique en lutte contre la Camorra. Prêtre inspiré par le personnage réel de Don Antonio Loffredo, curé de la paroisse de Santa Maria della Sanità, ( qu’on retrouve dans le film ), et qui a lutté en proposant une alternative de culture et de sport aux jeunes du quartier. Ermanno Rea journaliste et homme engagé, esprit critique y compris vis-à-vis de ses propres idéaux, témoin des mutations de la société italienne, a toujours porté un discours de combat et d’utopie.

Publié dans 1er film du programme, Archives films | Leave a comment

La Femme de Tchaikovsky

Un film de  Kirill Serebrennikov

Avec : Aliona Mikhaïlova, Odin Biron…

Russie – 2h23 – VOST

 

  Plus qu’une simple reconstitution historique en costumes, mieux qu’un énième biopic compassé consacrant le génie du compositeur, La Femme de Tchaïkovski est un extraordinaire poème halluciné, baroque, sombre, virtuose, qui tour à tour enflamme et désarçonne, grise le spectateur d’images, d’émotion et de mise en scène, et ne se laisse abandonner qu’à regret, à bout de souffle après presque deux heures et demie de folie visuelle d’une rare puissance. 

 Ce pourrait être une variation sur l’éternelle histoire chère à Victor Hugo d’« un ver de terre amoureux d’une étoile ». Mais si Tchaïkovski brille assurément au firmament de la musique russe de son temps, Antonina Miliukova n’est cependant pas, au commencement du moins, du genre à ramper devant l’objet de son adoration. Jeune femme de tête et de bonne famille, elle est plutôt du genre volontaire, persévérante et obstinée sinon têtue. Convaincue avant même de l’avoir vécue de la passion qu’elle pense éprouver pour le compositeur, elle s’y donne tout entière comme elle entrerait en religion orthodoxe – avec méthode et fermeté, jusqu’aux frontières de l’érotomanie. Contre vents, marées, conseils amicaux et avisés, contre toute raison, alors que l’homme est notoirement homosexuel – il ne s’en cache du reste pas –, Antonina force les portes, l’amour et le destin. Et, contre la promesse d’une dot qui sauverait le musicien, toujours en recherche de prébendes pour assurer son train de vie, elle parvient à devenir officiellement et pour l’état civil Madame Tchaïkovski. Mais l’union tourne rapidement au cauchemar et plus le mari la fuit, la rejette, protégé par sa famille, par ses amis et ses amants, plus la malheureuse s’acharne à être reconnue comme son épouse légitime et tente de lui imposer une vie de famille qui lui fait horreur.

Que ce soit de son vivant, du temps de l’URSS ou plus près de nous sous la férule de Vladimir Poutine, il n’était, il n’est toujours pas question de valider la « fable » entretenue par l’occident dépravé, la « théorie sans fondements » de l’homosexualité de Tchaïkovski, tout simplement « un monsieur solitaire qui n’a pas réussi à trouver la bonne personne. Le paria Serebrennikov aura mis à profit sa longue assignation à résidence à Moscou pour peaufiner son scénario, le faire radicalement dériver vers la figure aussi effrayante que bouleversante d’Antonina Miliukova, et livrer, presque dix ans après sa première ébauche, un film sublime, tourmenté, à la mise en scène fiévreuse et éblouissante, qui se double, du fait de l’histoire de sa gestation et de la part du réalisateur russe vivant désormais en exil, d’une puissante charge politique.

Publié dans 6ème film du programme, Archives films | Leave a comment

PROGRAMMATION JANVIER FEVRIER 2023

NOSTALGIA
Du 26 au 31 Janvier

NOSTALGIA 

Du 26 au 31 Janvier

De Mario Martone – Italie – 2022 -1H57-VOST 

Avec Pierfrancesco Favino, Tommaso Ragno, Francesco Di Leva 

Felice est de retour à Naples après 40 ans d’absence et une brillante carrière menée à l’étranger. Il retrouve sa mère qui vit ses derniers jours, et surtout sa ville, et son quartier de la Sanita, siège de la Camorra. Le film invite son public à une déambulation et à se perdre dans les ruelles de Naples, mais aussi dans les souvenirs à la fois heureux et douloureux de Felice. Au fur et à mesure que l’on remonte dans ses souvenirs, la balade mélancolique laisse place au mystère et à la tension. Pierfrancesco Favino joue à merveille cet homme tourmenté par un trop lourd passé et obsédé par son besoin de rédemption. Le sujet est moins la nostalgie que le déracinement, exprimé avec finesse par le personnage de Felice, noeud d’opiniâtreté, de rêves et de contradictions impossible à délier. Mario Martone signe une nouvelle ode à Naples.

http://cinecimes.fr/mario-martone-nostalgia/

 

Du 26 Janvier au 31 Janvier

HUIT MONTAGNES 

Du 26 au 31 Janvier

De Felix Van Groeningen, Charlotte Vandermeersch – Italie/Belgique/France – 2h27 – VOST 

Avec Luca Marinelli, Alessandro Borghi, Filippo Timi 

Pietro est un garçon de la ville, Bruno est le dernier enfant à vivre dans un village oublié du Val d’Aoste. Ils se lient d’amitié dans ce coin caché des Alpes qui leur tient lieu de royaume. La vie les éloigne sans pouvoir les séparer complètement. Alors que Bruno reste fidèle à sa montagne, Pietro parcourt le monde. Cette traversée leur fera connaître l’amour et la perte, leurs origines et leurs destinées, mais surtout une amitié à la vie à la mort. 

Ce film a reçu le Prix du Jury de Cannes 2022. 

 

Du 2 au 7 Février

GODLAND 

Du 2 au 7 Février

De Hlynur Palmason-Danemark/Islande/France/Suède-2022-2h23 

Avec Elliott Crosset Hove, Victoria Carmen Sonne, Ida Mekkin Hlynsdottir… 

Fin du XIXème siècle. Lucas, jeune prêtre danois, est envoyé en Islande pour y construire une église et photographier la population autochtone. Il va devoir braver un océan agité, traverser le pays à dos de cheval, cohabiter avec une équipe d’hommes revêches et méprisants. Son voyage évangélique se transforme en chemin de croix. Le choc linguistique se double d’un conflit spirituel. Lente désintégration morale d’un homme de foi poussé dans ses retranchements et confronté à un environnement primitif, Lucas s’avère être incapable d’être à la hauteur, et sombre spirituellement. Film-fresque d’une grande beauté plastique, et puissance de paysages archaïques au gré du temps implacable qui s’écoule… 

http://cinecimes.fr/hynur-palmason-godland/

 

Du 9 au 14 Février

VIVRE 

Du 9 au 14 Février

De olivier Hermanus – grande-Bretagne – 1h42 

Avec Bill Nighy, Aimée Lou Wood, Alex Sharp… 

Kazuo Ishiguro, Prix Nobel de littérature scénarise VIVRE, le grand classique d’Akira Kurosawa et met en parallèle les sociétés japonaises et britanniques, l’idée d’un ordonnancement social strict qui étoufferait l’individu. C’est le magnifique portrait d’un petit bureaucrate aux rêves éteints qui, apprenant qu’il souffre d’un mal incurable, se lance dans la construction d’un jardin d’enfants, projet qui pourrait donner sens aux quelques mois qui lui restent à vivre. En compagnie du réalisateur Olivier Hermanus, illustrateur doué, il recrée le monde de son enfance. Bill Nighy né en 1949, qui a connu ce monde dans son enfance, livre une impressionnante prestation minimaliste, minérale, à rebours de ses facéties habituelles de baby-boomer rock’n’roll . Une leçon d’humanisme et d’élégance. 

 

Du 16 au 21 Février

PAR COEURS

Du 16 au 21 Février 

De Benoit Jacquot France 2022 1H16 

Avec Fabrice Lucchini, Isabelle Huppert 

« Un texte, il faut le savoir plus que par coeur » martelait Jeanne Moreau. Indéniablement, Par coeurs, le nouveau film de Benoît Jacquot traduit la fascination du réalisateur pour cette relation particulière entre un acteur et son texte : il invite le spectateur à un moment suspendu, dans lequel deux amoureux, maîtres de leur art se livrent à ce qu’ils savent faire de mieux : caresser les mots de la passion qu’ils ont pour eux. Avec beaucoup de générosité, Isabelle Huppert et Fabrice Lucchini ouvrent ces portes presque sacrées : l’une a l’élégance de la précision, l’autre l’exubérance de la passion…. 

 

Du 23 au 28 Février

LA FEMME DE TCHAÏKOVSKI 

Du 23 au 28 Février

De Kirill Serebrennikov – Russie – 2h26 – VOST 

Avec Odin Lund Biron, Alyona Mikhailova… 

Le film est une oeuvre au noir, terrible et splendide, en même temps que la révélation d’une histoire méconnue : l’amour fou et non partagé qu’éprouva Antonina Tchaïkovski pour son mari pendant des décennies, de leur première rencontre jusqu’à la mort de l’illustre compositeur, et même au-delà. Antonina est méprisée en tant que femme dans une époque et une société patriarcale, mais sa puissance tient à la force de son désir pour Tchaïkovski ; un désir nourri d’admiration et violemment sexuel.

En compétition à Cannes 2022

Publié dans Archives programmes, Programmation | Leave a comment

Ali Asgari ( Juste une nuit )

Réalisateur, scénariste, assistant réalisateur iranien.  Passé par la Cinéfondation (la pépinière de jeunes cinéastes initiée par le Festival de Cannes), sélectionné sur la Croisette avec ses courts métrages, Ali Asgari présente son deuxième long métrage, Juste une nuit, l’histoire d’une fille-mère iranienne que personne n’ose aider.

Le réalisateur explique comment il a dû composer avec la censure imposée par le pouvoir en place.

Votre film montre la vie en Iran en faisant passer une tension permanente : imaginiez-vous en le tournant que cette tension pourrait éclater, comme on le voit avec les manifestations depuis la mi-septembre ?
La situation actuelle est le résultat de ce que nous vivons depuis de nombreuses années en Iran. Tout a commencé à changer avec l’arrivée d’Internet. La possibilité d’avoir accès à de l’information sur ce qui se passe dans le monde a transformé les gens, surtout les jeunes. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Leave a comment

Albert Serra ( Pacifiction )

Né le 9 octobre 1975 à Banyoles Catalogne

Espagne

Réalisateur

Honor de Cavalleria, Le Chant de Oiseaux, La Mort de Louis XIV, Liberté, Pacifiction

Film d’espionnage planant et décalé, Pacifiction est l’un des sommets de l’année.   Nous avons rencontré le cinéaste l’espagnol Albert Serra dont le long métrage  a fait un passage remarqué en compétition à Cannes.

Lorsque nous avions échangé au moment de votre précédent film, Liberté, vous disiez avoir souhaité confronter le film historique à quelque chose de plus trash et contemporain. Après plusieurs films historiques, Pacifiction est justement votre premier film situé dans le monde contemporain. C’est la suite logique de la même démarche ?

Je pense, oui, c’est cohérent. Dans Liberté, le côté contemporain venait surtout de l’atmosphère, du coté mental des personnages. Pacifiction est au contraire complètement ancré dans le contemporain avec sa petite intuition, sa petite observation sur l’humain. Mais le film est fait d’une façon assez bizarre dans le sens où le côté social des problématiques abordées par le scénario est délibérément absent des images du film. Le film parle d’une tension post-coloniale forte, un jeu de pouvoirs cachés, (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Leave a comment

Juste une nuit

JUSTE UNE NUIT

de Ali ASGARI,

IRAN (1h26)

Une étudiante se heurte au mur d’une société cadenassée par un patriarcat omnipotent et cruel. Tourné en 2021, ce film résonne avec l’actualité iranienne qui est arrivée à un point de rupture.

C’est le récit d’une fiction ancrée dans la réalité, celle d’une journée infernale à Téhérant pour une fille-mère : ses parents annoncent leur visite alors qu’elle leur a caché l’existence de son bébé. Elle doit alors trouver un endroit où son bébé pourra passer la nuit. Sont contactés une voisine de palier, puis un ami du quartier, puis une femme habitant plus loin dans la ville : au fil des refus, le film explore la société iranienne.

Dans un style proche du cinéma simple et percutant des frères Dardenne, le réalisateur suit son héroïne dans une quête sans issue qui la ramène continuellement à sa condition de femme condamnable, parce que mère mais pas mariée, qu’il serait dangereux d’aider. Derrière chaque personne sollicitée, un pouvoir répressif est à l’affût. Derrière chaque femme sensible à la situation de l’enfant trimbalé partout, une autorité masculine impose sa loi. Feresthteh en fait directement l’expérience dans une clinique où, après avoir eu affaire à une infirmière compréhensive, elle doit affronter le chef de service, de la pire façon…

Eclairant et courageux, le film trouve dans le récit de cette journée matière à une fable politique.

D’après Frédéric Strauss, Télérama

[Des] inventions scénaristiques subtiles, [des] petits contrepoints comiques bienvenus, et une fine analyse d’une société patriarcale liberticide qui impose sa loi aux femmes […]. Positif

Pendant que des femmes et des hommes se font massacrer par les autorités iraniennes, Ali Asgari offre un petit miracle de cinéma, empreint de combativité et de dignité.  a-Voir- aLire.com

Publié dans Archives films | Leave a comment