Archives : Archives

Jayro Bustamente ( Tremblements )

Né en 1977

Guatemala

Réalisateur, scénariste, producteur

Ixcanul, Tremblements

Après Ixcanul, sur la discrimination des Mayas, le réalisateur guatémaltèque revient avec un autre film social sur l’ostracisation touchant les homosexuels. Tremblements prend la forme d’une saisissante histoire d’amour impossible entre deux hommes, l’un mari et père, pris dans l’étau du fanatisme de sa famille, issue de l’Église évangélique. L’autre, gay assumé.

Avez-vous envisagé Tremblements comme un film militant ?

(suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Jayro Bustamente ( Tremblements )

Cristina Gallego – Ciro Guerra ( Les Oiseaux de Passage )

Productrice et réalisateurs colombiens

L’Etreinte du Serpent

 

ENTRETIEN AVEC CRISTINA GALLEGO ET CIRO GUERRA

Votre film s’inscrit-il dans la continuité avec vos projets précédents ou dans une rupture consciente ?
Ciro Guerra. Sans renoncer aux sources de nos films précédents, il y a effectivement une certaine rupture car il s’agit de notre première incursion dans le cinéma de genre. Il s’agit, cette fois, d’une réflexion sur la notion du mythe, qui m’intéresse depuis très longtemps. Comme dans nos films précédents, on a voulu parler des peuples originaires de l’Amérique latine et de leurs histoires souvent ignorées mais en les adaptant aux canons du cinéma de genre. Tout est parti d’une volonté de renouveler le genre, de le réinventer… (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Cristina Gallego – Ciro Guerra ( Les Oiseaux de Passage )

Sebastian Lelio ( Gloria Bell )

Né le 8 mars 1978 à Mendoza ( Argentine )

Chilien

Réalisateur, scénariste, producteur

Une Femme Fantastique

Extrait de l’entretien avec Sebastián Lelio, réalisateur*

Quel est le sujet du film ?  

GLORIA BELL parle d’une femme d’un certain âge et, d’une certaine manière, on pourrait croire qu’elle ne «mérite» pas qu’on lui consacre un film. Mais le film ne cesse de lui dire «Vous méritez un film ! Vous êtes un film !» Du coup, GLORIA BELL s’apparente à une lettre d’amour adressée à la protagoniste mais il s’agit aussi d’une étude psychologique si bien qu’on perçoit sa part d’ombre et de lumière.

Y a-t-il une filiation entre GLORIA, que vous avez tourné en 2013, et GLORIA BELL ?  

J’ai bien entendu tourné GLORIA sans me douter que j’allais en réaliser une nouvelle version cinq ans plus tard. Avec le recul, j’ai aujourd’hui l’impression qu’en 2013, GLORIA était un peu en avance sur son temps et qu’il préfigurait, en quelque sorte, la place centrale des femmes dans notre société. Et j’ai le sentiment que cette nouvelle version est totalement ancrée dans son époque parce que nous avons eu cinq ans de débats et que l’aspiration des femmes d’un certain âge à être entendues, vues et respectées – et leur revendication à jouir de la vie – a soudain un caractère d’urgence.

Parlez-moi de John Turturro, qui campe Arnold, et de sa relation avec Gloria.

  Je dirais que GLORIA BELL est l’histoire d’une femme d’un certain âge en quête de sens ou d’amour en dehors d’elle et qui, à la fin de son périple, est prête à fouiller en elle-même. Du coup, au début, on la voit danser en observant les hommes autour d’elle, et à la fin, elle danse dans un tout autre lieu, seule. Cette évolution résume la simplicité et la complexité de sa trajectoire. Au cours de sa quête, elle rencontre Arnold, ils se plaisent et il y a quelque chose chez lui qui la touche profondément. J’adore l’alchimie qui se produit entre ces deux comédiens.

Cette étincelle qu’on remarque quand ils dansent ou qu’ils passent un bon moment. Arnold écoute Gloria avec attention, il semble sincèrement s’attacher à elle et de toute évidence il commence à éprouver des sentiments à son égard. Ils se rapprochent mais il y a des choses qu’il ne dévoile pas et qui paraissent liées à son passé. Peu à peu, ce passé ressurgit. Et lorsque ce passé le rattrape, Gloria est dévastée et doit trouver le moyen de se relever une fois encore. J’étais franchement emballé par la perspective que John campe Arnold, d’autant que c’était un choix inattendu et qu’ils allaient se donner la réplique pour la première fois au cinéma.

Quels sentiments animent Arnold à l’égard de Gloria ?  

Je crois qu’il tombe sincèrement amoureux d’elle, mais il a des problèmes et il n’a pas tous les outils à sa disposition pour «gérer» son ex-femme et ses filles, et pour s’affranchir de ce passé qui le hante. Dans le même temps, il fait vraiment de son mieux pour s’en sortir et c’est ce que j’aime chez lui. Et Gloria est une femme trop forte pour lui ! (rires) Elle l’écrase un peu… Mais il tente de faire de son mieux, et c’est assez admirable, même si vers la fin il ne fait pas forcément les bons choix.

Parlons de la musique qui, évidemment, fait partie intégrante du film.  

Dans les deux films, la passion de Gloria pour la musique est centrale. Trouver les chansons correspondant à chaque scène est un aspect de la réalisation que j’adore. Pour moi, GLORIA BELL est un musical (une comédie musicale) non assumé ! L’intrigue progresse au rythme de morceaux de musique et de chansons, un peu comme dans un musical. C’est un peu comme si les chansons qu’entonne Gloria et sur lesquelles elle danse révélaient d’autres aspects de sa trajectoire. Les paroles des chansons et les émotions qu’elles véhiculent font écho à son tumulte intérieur.

*Entretien issu du dossier de presse  

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Sebastian Lelio ( Gloria Bell )

Denis Do ( Funan )

Né en 1985

France

Réalisateur

 

Note d’intention du réalisateur

Funan c’est l’histoire d’une famille. D’une femme…Ma mère.Ce film raconte ses sacrifices, ses déchirures et sa survie sous le régime Khmers rouges. Par ce récit, je souhaite aborder les émotions, les relations. Explorer la complexité des rapports humains dans un contexte extrême d’oppression. Il ne sera pas question de bien et de mal. Le film nous plonge dans la vie de gens normaux, épuisés par la souffrance. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Denis Do ( Funan )

Sameh Zoabi ( Tel Aviv on Fire )

Né en 1975 à Iqsal (Nazareth)

Israël

Réalisateur scénariste

Téléphone Arabe, Tel Aviv on Fire

Il est palestinien et voyage avec un passeport israélien. Pour Tel Aviv on Fire, son troisième long-métrage, il s’est inspiré d’un feuilleton patriotique égyptien, Rafat El Hagan, et ses cinéastes favoris sont Woody Allen, les frères Coen et Billy Wilder. Né en 1975 dans une famille arabe de Galilée, Sameh Zoabi a fait des contradictions le matériau de son art, la comédie.

Tel Aviv on fire est une comédie. Qu’est ce que cela signifie, faire une comédie en Israël alors que vous êtes palestinien ?
Faire une comédie ancrée dans la réalité du conflit israélo-palestinien était un défi important. Les gens envisagent cette région et le conflit avec beaucoup de sérieux, et les tentatives d’en rire sont rapidement considérées comme trop légères. Pour ma part, j’estime que la comédie permet d’aborder des questions très sérieuses d’une façon plus subtile. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Sameh Zoabi ( Tel Aviv on Fire )

Mariano Llinas ( La Flor 3ème partie et fin )

…Alors que la troisième partie de La Flor sort en salle, voici la dernière partie de notre entretien avec Mariano Llinás, réalisateur de La Flor.

En dehors des ponts qu’il est possible de faire entre La Flor et Hergé votre film tente d’englober l’histoire du cinéma de Renoir à Godard mais aussi le cinéma des premiers temps avec l’utilisation de la camera obscura.

Je préfère, en voyant mon film, que vous pensiez à Godard plutôt qu’à Spielberg. Indiana Jones, j’aime beaucoup les costumes. Vous savez, je trouve cela très audacieux, Indiana Jones, d’avoir réussi à le faire. Mais je trouve que le reste de l’œuvre de Spielberg n’est pas à la hauteur de ce qu’elle aurait pu être. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Mariano Llinas ( La Flor 3ème partie et fin )

Mariano Llinas (La Flore 2éme partie )

Cette semaine sera diffusée la deuxième partie de La Flor, film argentin foufou de 14h que nous découvrons par fragments dans nos salles obscures. Voici donc une mise en bouche avec la deuxième partie de notre entretien avec son réalisateur, Mariano Llinás.

Ce qui frappe aussi, c’est le côté naïf de ces récits où vos actrices et acteurs jouent différents rôles un peu à la manière des jeux d’enfants dans les cours de récréation, où l’on joue aux espions.  » On dirait qu’on était des aventuriers! « , ce genre de procédés.

Je ne sais pas si vous dites cela avec bienveillance (c’est le cas, ndrl). Oui je crois ça. C’est intéressant, ce que vous dites, car parfois on oublie ce côté naïf dans notre métier. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Mariano Llinas (La Flore 2éme partie )

SIBEL

C’est un petit village planté au nord de la Turquie, perdu entre une mer de nuages et la végétation luxuriante qui s’agrippe aux pentes des montagnes abruptes.  Dans ces contrées les saisons sont franches, les habitants ont les mains rudes et le tempérament tranchant comme les rochers qui les surplombent.  Ici chacun parle et comprend la langue sifflée qui s’est imposée comme une évidence, tant elle est pratique pour communiquer à distance dans ces paysages escarpés.  Pas d’autre choix que ce langage ­volatile,  pour la si belle Sibel, puisqu’elle est muette. La fière aînée du maire, rejetée en raison de son handicap, cherche à s’intégrer en tuant un loup, qui hante les villageois. Mais, un jour, c’est un homme traqué, blessé, qu’elle rencontre, sauve et cache. Car Sibel ne craint pas non plus ce « loup »-là…

Venu du documentaire, le couple franco-turc Cagla Zencirci et Guillaume Giovanetti a su impliquer la population dans un conte forestier qui prend, de plus en plus violemment, les contours d’un suspense politique sur le courage obstiné d’une jeune femme, et son émancipation — sociale, sexuelle — dans une société patriarcale. Le mouvement du film est constant , qui suit Sibel dans la forêt, dans les rues du village , où tous chuchotent sur son passage et dans la maison familiale où elle remplit les tâches domestiques pour son père veuf, une belle figure masculine.

Dans le rôle, Damla  Sönmez, déjà star en son pays, et qui a mis six mois à apprendre la langue sifflée, est renversante : la plus belle des héroïnes pour faire entendre, très loin, le mot « liberté ».

 

Publié dans Archives films | Commentaires fermés sur SIBEL

La Flor 1 2 3 4

LA FLOR, 1,2,3,4

 De Mariano LLINÁS  – Argentine-13h34 en 4 parties de 3h20 environ (qu’on peut voir séparément) comprenant 6 épisodes.  Avec Elisa Carricajo, Valerie Correa, Piliar Gamboa, Laura Paredes. VOST

Voilà une récréation picaresque où se mêlent fantastique, espionnage, mélodrame musical et qui regorge d’humour et de lyrisme. On rencontre des personnages extravagants dans des histoires abracadabrantes. La psyché et le désir féminins irriguent  le récit : un quatuor d’actrices revient dans chaque épisode (le 5ème excepté) avec de nouveaux rôles chaque fois, où elles incarnent une femme libre, indépendante, conquérante et savante, guerrière, voire meurtrière, dans un monde patriarcal et machiste. L’amour s’y manifeste, follement platonique lorsque il est contraint d’être réprimé, orgiaque, dans un asile psychiatrique où un amnésique affole la libido des soignantes, passionnel, dans un mélodrame fiévreux où un couple livre une bataille homérique. La musique et une voix off accompagnent ce voyage dans un imaginaire infini.

 

Dans La Flor 1, cela commence par un épisode fantastique où une momie source de ravages est au centre d’une bien étrange histoire, située dans un laboratoire d’analyse archéologique, en lisière d’un désert… puis viendra le mélodrame musical.

 

Dans La Flor 2, (3h10) voilà le temps de l’espionnage. Quatre agentes secrètes doivent récupérer un scientifique kidnappé. Il y a du guet, du grabuge, de l’absurde surréaliste. Puis le film retrace le passé héroïque de deux espionnes. Follement picaresque, l’ensemble est un régal, combinant humour et souffle poétique.

 

La Flor 3 (3h24) est la partie la plus riche et la plus intense, avec la 1. Défile maintenant le passé des deux autres espionnes. Le tout se termine par les tribulations d’une équipe de cinéma, surréalistes au possible.

 

Dans La Flor 4 (3h24), on suit une enquête farfelue sur une disparition, etc. On contemple l’errance d’Anglaises revenue du désert des indiens. Epique, surréaliste, revigorant

Publié dans Archives films | Commentaires fermés sur La Flor 1 2 3 4

Comme si de rien n’était

DÉBAT sur le film

«Comme si de rien n’était»

 

lundi 6 mai 2019

à Ciné-Mont-Blanc, Sallanches

dans la salle, après la séance du soir

organisé par Cinécimes

 

 

Un film de Eva Trobisch

Avec Aenne SchwarzAndreas DöhlerHans Löw…1h30  Allemagne, VOST, sortie le 6 mars 2019

 

Jeanne tient à contrôler sa vie. Elle est forte, indépendante, moderne, cynique et réclame le droit d’être qui elle veut. Elle porte sa féminité fièrement. Mais, ce qui n’arrive qu’aux autres vient de lui arriver. C’était un soir de fête. Ils étaient sans leurs conjoints, ils avaient trop bu, elle s’est laissée embrasser. Elle a dit non mais il avait envie. Pas de menaces, juste quelques minutes minables de jouissance arrachée. « On ne va pas en faire tout une histoire » dit-elle au grand dadais, pathétique, qui l’a violée sans en avoir l’air. Ce n’est pas possible, elle ne veut pas devenir une victime. Que s’est-il donc passé ? Que faire ?

Et puis la voilà confrontée à son agresseur sur son lieu de travail, un agresseur que tout le monde semble trouver, soit inoffensif, soit appréciable. Mal-être. Et son attitude pleine de sollicitude et de remords la torture. Il n’est pas détestable. Ce n’est pas un homme violent, abusif, dominateur, et pourtant il l’a fait.

Mais que s’est-il donc passé ?

Plus Jeanne fait comme si de rien n’était, plus son retour à la vie normale est comme un mirage. Tel un poison lent qui s’insinue, ce qui est arrivé ronge sa vie et celle de ses proches. Les stéréotypes de notre culture sur des victimes pures et des bourreaux barbares sont remis en question. La réalisatrice multiplie les plans de dos et de profil des personnages, dans la mêlée de leurs tourments.

 

Mais qu’a voulu faire Eva Trobisch ? : « L’idée n’a jamais été de faire un film sur le viol. (…) J’ai développé le personnage pour en faire une femme moderne, éduquée, rationnelle, cynique, une femme qui réclame le droit d’être qui elle veut, de ne pas être contrainte par quoi que ce soi ou qui que ce soit. Je voulais me poser la question à la fois de la force et des limites de cette auto-détermination, qu’elles soient sociales, physiques ou émotionnelles. (…)  Dans la vie, on n’a jamais une vue d’ensemble, on saisit juste des morceaux. Je préférais donc suivre mes personnages de dos ou de profil sans jamais en savoir plus qu’eux ni être dans une pièce avant qu’ils n’y entrent. Mes personnages ont leur existence propre, je les suis, je ne les explique pas. […] Je soulève des questions, j’invite les gens à réfléchir avec moi, mais je n’ai pas la solution. Je ne veux et ne peux rien promettre. »

 

Une autre lecture s’ouvre donc, où il est question des limites de la personne libre et individualiste. Jusqu’où est-il possible de vivre hors des contraintes de la vie en société lorsque ladite société est de plus en plus atomisée ? Et jusqu’où est-il possible de vivre hors de son propre corps même si le virtuel (dont le cinéma) tend à nous le faire croire ? Comment prendre soin de soi et de l’autre ?

 

Les préceptes sur le souci de soi des philosophes de l’Antiquité grecque et romaine sont-ils encore adaptés à notre époque ?

Et jusqu’à quel point peut-on rester indépendant intellectuellement et moralement ? Et est-ce toujours une force ? La faiblesse n’est-elle pas parfois une force ? L’erreur qui nous apprend et l’expérience de la souffrance, ne nous éveillent-ils pas au souci de soi et de l’autre ?

 

Née à Berlin en 1983, Eva Trobisch a commencé sa carrière en tant qu’assistante d’abord au théâtre, puis au cinéma.

En 2009, elle étudie au HFF (Hochschule für Film und Fernsehen) de Munich pour y apprendre la réalisation de films, se rend à la New York University’s Tisch School of the Arts en tant qu’étudiante invitée, et s’inscrit en 2015 dans un master d’écriture de scénario à la London Film School. Comme si de rien n’était (Alles ist gut) est son film de fin d’études.

 

En roc se découvrant soudain friable, l’actrice Aenne Schwarz est impressionnante.

 

Publié dans Archives films | Commentaires fermés sur Comme si de rien n’était