SOUS L’AILE DES ANGES

SOUS L’AILE DES ANGES                                                                de A.J. Edwards – Etats-Unis – 1h34 – VOST – 2022                                                                               Genres : biopic, drame, historique.                                                                                                            Avec Diane Kruger, Jason Clarke, Brit  Marling, Wes Bentley, Braydon Denney …

Huit ans après sa présentation à Sundance débarque cette expérience sensorielle proposée par A.J. Edwards : raconter l’enfance d’Abraham LINCOLN par des sensations plus que par des mots et deviner comment elle a fondé l’homme et la figure politique historique qu’il est devenu. L’ombre de Malick (dont Edwards fut le monteur) plane sur ce premier long dans cette manière de donner à voir et écouter la nature, humaine comme terrestre, avec des yeux et des oreilles différents. Comme si on réapprenait à entendre un rire d’enfant, le torrent d’une rivière ou un arbre fracassé à coup de hache. Pour raconter cette jeunesse marquée par la violence, Edwards a choisi un noir et blanc rugueux et crée le contraste avec les prestations lumineuses et douces de Brit Marling et Diane Kruger dans les rôles des mère et belle-mère aimantes. Flirtant parfois avec l’exercice de style, le résultat n’en est pas moins captivant. Très belle illustration musicale. «Sous l’aile des Anges » a été diffusé au  Festival du Film de Sundance,  ainsi qu’à la Berlinale. Il a aussi été présenté en compétition au  Festival du Cinéma Américain  de Deauville.

Abraham Lincoln est un des présidents les plus célèbres de l’histoire américaine. A la tête des Etats-Unis                                     de 1861 à 1865, il fut assassiné à Washington le 14 avril 1865, quelques mois après sa réélection.  Ce 16ème président de l’histoire du pays est pleinement impliqué dans la guerre de Sécession grâce à son opposition à l’esclavage (aboli en1863). C’est d’ailleurs un Sudiste qui l’a tué.                                                                                                                                            

Indiana, 1817. Une nation américaine,  à peine âgée de 40 ans,  qui se relève difficilement de sa seconde guerre d’indépendance. Des hommes et des femmes qui, pour survivre, mènent une lutte sans merci contre la nature et les maladies.  Tel est le monde que découvre Abraham Lincoln à sa naissance en 1809. Ses parents sont fermiers. Sur une période de trois ans  le film retrace  son enfance, sa famille, les difficultés qu’il a traversées et qui l’ont construit, la tragédie qui l’a marqué à jamais et les deux femmes qui l’aideront à accomplir son destin. En effet, la curiosité d’en savoir plus sur Lincoln et la façon dont il s’est construit est nécessaire.  Le film va avoir un  rythme assez lent en première partie.   Ayant grandi dans les forêts de l’Indiana,  le cadre va donc être des plus calmes.  On va observer son comportement  jusqu’au  décès de  sa mère en 1818.   La seconde partie  va  en revanche  être plus entretenue. L’arrivée de sa belle-mère va lui permettre de s’exprimer (elle se pousse à s’instruire ; il deviendra avocat en 1836). Nous commençons  à apercevoir sa personnalité, qui fera de lui un homme majeur du 19ème siècle.  Certains passages vont porter une certaine émotion. On sent que ce jeune homme aurait mérité qu’on se penche plus longtemps sur lui afin de le voir vraiment se développer.   

Ce contenu a été posté dans Archives films. Mettre en favori.

Laisser un commentaire