Archives : Archives

La nuit venue

LA NUIT VENUE

De Frédéric Farrucci–France-1h35.

Avec  Guang Huo, Camélia Jordana, Xun Liang.

Un jeune et bel immigré chinois clandestin noue un lien inespéré avec une prostituée et danseuse dénudée. Une romance et un polar dans le Paris des quartiers déshérités, aujourd’hui, où précarité et violences confrontent à une vie cruelle. Un premier film fort et percutant, mais aussi beau et mélancolique, avec un acteur non-professionnel au charisme subtil et une actrice d’une volupté flamboyante.  Ils incarnent des personnages inédits dans le cinéma français, situés dans le Chinatown-sur-Seine. Un propos résolument politique et très documenté sur la vie cachée à l’ombre de l’ultralibéralisme, par un vrai metteur en scène.

Frédéric Farrucci : « J’ai été touché par ces hommes mal accueillis, fragilisés par la précarité et tombés sous la coupe  des mafias intracommunautaires qui les protègent, mais les exploitent. Avec les VTC, la clandestinité s’est accrue. Ces hommes n’ont aucune visibilité sur le jour où leur dette envers leurs « protecteurs » sera soldée : le comble de la perversion ultralibérale ! »

« J’ai approché une chercheuse  au CNRS, Simeng Wang, qui a écrit « Illusions et souffrances. Les migrants chinois à Paris ». (…) Pour incarner ces chauffeurs, il fallait des natifs de Chine et non des immigrés de deuxième génération. D’où un casting sauvage, y compris pour les autres figurants. (…) ces Ivoiriens qui tiennent un garage clandestin(…) Nous avons reconstitué fidèlement la séquence avec des vendeurs de fleurs bangladeshis, nous avons filmé tel quels les vendeurs de petites tours Eiffel sur le Champ-de-Mars, et les campements de sans-papiers sous le périphérique. » (Extrait de Télérama 3679 p. 13)

Camélia Jordana a été révélée comme chanteuse à 16 ans en 2009 par Nouvelle star, le télé-crochet. En tant qu’actrice, La Nuit Venue est son douzième film. Elle y  incarne Naomi, « travailleuse du sexe » dit-elle. « J’ai lu le scénario au moment où je sortais l’album Lost et j’y ai trouvé le même engagement. Naomi et Jin sont prisonniers d’un esclavage moderne, choisi, et se mettent à fantasmer sur leur fuite…C’est super classe de la part du réalisateur et de ses productrices de montrer ce Paris-là et de montrer un film avec ces gueules-là, une Arabe et un Chinois, pour têtes d’affiche ! » (…) «  J’ai une triple culture, mon père est berbère, ma mère arabe, je suis une artiste (…) entourée d’homos, de Noirs, de pauvres, de riches. J’ai la chance d’être à un endroit de la société où je croise le monde entier. J’adore. » Le César de l’espoir féminin décroché pour Le Brio, en 2018, lui a apporté « des rôles de femmes, et pas seulement de femmes arabes. » Sa force de résistance hors du commun, Camélia Jordana pense la tenir de son enfance : « J’ai une mère extraordinaire, qui est aussi complètement folle. Elle m’a offert le monde et, en même temps, fait subir mille choses…  ça m’a donné cette maturité : depuis que j’ai 11 ans, j’en ai  40 ! »  En septembre sortira « Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait », film d’Emmanuel Mouret labellisé Cannes 2020. Elle y joue une Daphné enceinte d’un François (Vincent Macaigne) et qui se raconte à un Maxime (Niels Schneider).    (Extrait de Télérama 3679, p. 38-39)

Publié dans Archives | Commentaires fermés sur La nuit venue

HOTEL BY THE RIVER

« Hotel by the River », la nouvelle ode intimiste du Coréen Sang-Soo Hong

Le maître du cinéma sud-coréen creuse un peu plus son exploration des sentiments  dans un huis clos mélancolique.

Ki Joo-bong, Min-Hee Kim et Seon-mi Song dans « Hotel by the River » de Sang-Soo Hong. (Copyright 2018 Jeonwonsa Film Co.)

 

Habitué des festivals internationaux, le Coréen Sang-Soo Hong était encore sélectionné à Cannes cette année, avec Heaven: To The Land Of Happiness, bientôt sur les écrans. Prolifique, le réalisateur sort le 29 juillet Hotel by the River, où cinq personnages vont se croiser dans un hôtel enneigé : un poète qui renoue avec ses deux fils, tandis que deux amies se confient sur leurs relations houlouses avec les hommes.

Dialogues des sentiments

Un poète solitaire convoque ses deux grands fils dans l’hôtel où il s’est réfugié, sentant qu’il va bientôt mourir. Il y rencontre deux jeunes femmes dont l’une a demandé à une amie de venir la soutenir après une déception amoureuse. Tous s’interrogent sur les relations entre les hommes et les femmes, avec comme point commun, un sentiment d’échec.

Sang-Soo Hong a ses inconditionnels et ses détracteurs. Tous reconnaissent cependant son exigence d’auteur, couronnée de nombreux prix et sélections à Cannes, Berlin, ou Toronto… Hotel by the River a ainsi remporté le Prix d’interprétation masculine à Locarno, attribué à Ki Joo-Bong, le vieux poète du film. Centré sur l’analyse des sentiments, le cinéaste privilégie les dialogues et le plan séquence, avec, on l’imagine, une part d’improvisation.

Page blanche

Force est de reconnaître que l’on peut rester insensible aux états d’âmes de cet homme qui a délaissé son épouse, entrecroisés avec ceux des deux jeunes femmes et leurs relations avec les hommes. Leurs ressentiments respectifs n’interfèrent jamais, mais sont en miroir. Une approche masculine et féminine qui rappelle Chained et Beloved, sortis la semaine dernière. Sang-Soo Hong s’identifie avec humour à l’un des deux fils du poète : un réalisateur célèbre « qui ne plait pas à tout le monde » !

Hae-hyo Kwon, Ki Joo-bong et Yoo Joon-sang dans « Hotel by the River » de Sang-Soo Hong. (Copyright 2018 Jeonwonsa Film Co.) La rivière du titre, que l’on ne voit jamais, est celle du temps, les douleurs passées, au coeur du film. L’image noir et blanc, dominée par une neige immaculée, évoque une page blanche où le spectateur projetterait ses propres sentiments. Cette empathie, courante dans le cinéma très dialogué de Sang-Soo Hong, se préterait très bien à une version théâtrale. L’affiche de « Hotel by the River » de Sang-Soo Hong. (Les Acacias)

La fiche

Genre : Drame
Réalisateur : Sang-Soo Hong
Acteurs :  Ki Joo-bong, Min-Hee Kim, Hae-hyo Kwon
Pays : Corée du Sud
Durée : 1h36
Sortie : 29 juillet 2020
Distributeur :  Les Acacias

Synopsis : Un vieux poète, qui loge dans un hôtel au bord d’une rivière, fait venir ses deux fils, pensant que sa fin est proche. Lieu de retrouvailles familiales, l’hôtel est aussi celui d’un désespoir amoureux : une jeune femme trahie par l’homme avec qui elle vivait vient y trouver refuge et demande à une amie de la rejoindre…

 

Publié dans Archives | Commentaires fermés sur HOTEL BY THE RIVER

ChainedBeloved

CHAINED – BELOVED (diptyque )
De Yaron Shani
Avec Eran Naim, Stav Almagor, Stav Patai, Asher Ayalon, Yaniv Assaraf
Ori Shani, Leah Tonic
Deux films, une même histoire, deux points de vue différents. Le versant masculin puis féminin d’une rupture. L’approche d’une métaphysique du couple.
CHAINED
Première scène choc, dérangeante, plus par son réalisme que par son originalité. L’on frappe à la porte d’un appartement cosy mais sans charme. Des coups insistants, impérieux, sévères tout comme les regards de ces deux flics qui opèrent une semi-perquisition improvisée. Nous voilà rentrés dans la banalité du mal ordinaire : maltraitances, petits deals minables… le pain quotidien de Rashi. En policier et patriote consciencieux qui prend à coeur son boulot, il navigue à vue, sous pression constante, sur le fil d’un rasoir invisible qui pourrait bien l’amener à déraper.
Dans son univers masculin, les sentiments ne se conjuguent qu’au féminin. Autant dire qu’il rentre exténué au bercail, dans son propre appartement cosy et sans charme. La psychologie de Yasmin, l’adolescente qui vit sous son toit, fille de sa femme Avigail, lui échappe dramatiquement. D’ailleurs que comprend-il également de sa jeune épouse aux longs cheveux bruns, jamais libérés ? Les caresses gauches qu’il lui destine paraissent comme autant de gestes de possession. Rashi n’étant pas plus armé pour comprendre les ressentis des autres que pour exprimer les siens, il paraîtra condamné malgré lui à passer à côté de l’essentiel. Un archétype d’homme peu habitué, dans le fond, à ne pas être l’unique centre du motif, dressé à tout contrôler. Bientôt les moments de tendresse ne suffiront plus à atténuer l’ambiance pesante, presque suffocante, qui suinte de ce quotidien. Contrairement à ses protagonistes, Chained est un film qui n’est pas enchaîné aux codes traditionnels. Il oscille perpétuellement entre fiction et réalité (Eran Naim qui joue Rashi a réellement été policier et congédié pour le même motif que dans le film) jusqu’à ce que nos certitudes vacillent et que s’opère une forme de fascination hypnotique, troublante, nourrie par la personnalité des acteurs qui se dévoilent à l’état brut.
Sortie le 8 juillet 2020 | 1h 52min
BELOVED – Sortie le 15 juillet même distribution 1h 48
Alors que Chained raconte l’emprisonnement d’un homme, pris en étau entre son incommunicabilité et sa condition masculine, Beloved est à l’inverse une splendide chronique de chamboulement émotionnel et d’émancipation féminine, où il est enfin question d’écouter ses aspirations intérieures et son corps.
Si la première scène démarre sur un son de larmes, elle n’est en rien larmoyante. Car les pleurs d’Avigail vont couler comme autant de prises de conscience bénéfiques. Tout se négocie d’abord entre hommes, entre un obstétricien qui égraine des constats cliniques dénués de compassion et un mari déçu, comme si Avigail n’était pas là devant eux et n’avait aucun droit au chapitre. Peut-être est-ce là la pire violence : se sentir soudain transparente. À cet instant, on en oublierait presque qu’Avigail est infirmière, une de celles qui pansent le monde. Elle aussi mériterait bien qu’on la dorlote à son tour. Mais de retour au bercail, c’est un nouveau champ de bataille qui l’attend. Et c’est alors que son époux se montre de moins en moins flexible, qu’Avigail qu’on croit anesthésiée et docile, va opérer un pas de côté salutaire. Il suffira d’une jolie rencontre avec un groupe de femmes pour qu’ensemble elles s’octroient le temps de se ressourcer, de prendre soin d’elles, de se cajoler mutuellement, de pouffer de rire, de s’écouter… De tout simplement respirer et vivre l’instant présent. Quelques moments simples, tactiles, où puiser une forme de résilience, pour rompre enfin avec la soumission qui se reproduit de génération en génération… Les héroïnes qui accompagnent Avigail tout au long du film, comme elle, vont progressivement laisser éclater les systèmes de mensonges et de faux-semblants que leur condition féminine avait jusque-là verrouillés. Avec une ampleur fascinante – tout comme dans Chained – Yaron Shani remet en scène les moments sensibles du passé de ses acteurs pour les amener vers une forme de catharsis galvanisante. Beloved, avec ses passages tout en rondeurs féminines, apporte un contrepoint à un univers masculin anguleux, taillé dans le roc : clichés dont nul ne ressortira gagnant. Si Avigail essaie de s’émanciper de sa condition féminine, Rashi n’aura de cesse de s’engoncer dans son rôle d’homme.

Publié dans Archives | Commentaires fermés sur ChainedBeloved

Dans un jardin qu’on dirait éternel

Une jeune Japonaise apprend l’art du thé par hasard et découvre, au fil des ans, comment vivre l’instant présent. Une chronique simple et intense.

Un film japonais sur la cérémonie du thé… Un peu attendu ? La crainte du folklore exotique est vite balayée par la fraîcheur de l’héroïne, qui nous raconte son histoire de vive voix, comme si nous étions attablés avec ses copines, à la fac. Noriko a 20 ans et ne sait pas à quoi elle pourrait se consacrer. Entraînée par sa cousine Michiko, elle décide d’apprendre l’art du thé. Et les voilà qui pouffent devant la méticulosité de Mme Takeda (merveilleuse Kiki Kirin, disparue depuis le tournage) et l’incroyable précision de son enseignement. « Il faut que la tranche de vos petits doigts touche le tatami en posant la jarre d’eau. » Verdict des élèves : c’est très marrant, le thé.

En entrant pas à pas dans une vénérable tradition nippone, le réalisateur n’hésite pas à rendre instructive cette adaptation d’un roman de Noriko Mori­shita. Mais il n’y met aucun cérémonial. Il est du côté de ces jeunes filles, qui se confrontent avec insouciance à la sagesse de leur vieille enseignante. Elles ignorent ce qui comptera dans leur existence. Une cérémonie de la première bouilloire de l’année chasse l’autre, une décennie s’envole, et Noriko reste fidèle à son rendez-vous du samedi chez Mme Takeda. Sans pouvoir dire vraiment ce qu’elle en retire

Qu’est-ce que l’art du thé ? Un passe-temps ou un rituel sacré ? Cette inter­rogation court à travers le récit, qui montre à la fois le caractère précieux du breuvage et la fantaisie des réunions féminines auxquelles il donne lieu ici. Ce mélange raconte la vie, pareillement banale et précieuse à la fois. Le bonheur est de refaire les mêmes choses, apprend Noriko. Répéter les mêmes gestes pour faire infuser du thé ouvre, dès lors, de belles perspectives. Sim­plicité et raffinement dialoguent, légèreté et profondeur se répondent : voilà l’accord parfait

 

Publié dans Archives films | Commentaires fermés sur Dans un jardin qu’on dirait éternel

programmation

27 aout au 1° septembre

PREMIER FILM du 27 aout au 01septembre

DANS UN JARDIN QU’ON DIRAIT ÉTERNEL

De Tatsushi Omori – Japon – 1h 40 – vost
Avec KirinKirin, Haruki Kuroki
Noriko et Michiko sont poussées par leurs parents vers l’art ancestral de la cérémonie du thé. Au fil du temps, séduite par les gestes ancestraux de madame Takeda, Noriko découvre la saveur de l’ instant présent.

Pour en savoir plus sur le film

http://cinecimes.fr/2020/08/dans-un-jardin-quon-dirait-eternel/

et sur le réalisateur:

http://cinecimes.fr/2020/08/tatsushi-omori-dans-un-jardin-quon-dirait-eternel/

 

 

3 au 9 septembre

DEUXIEME FILM du 3 au 8  septembre:

FAMILY ROMANCE,LLC

 

De Werner Herzog- USA-2020-1h29-VOST
Avec : Yuichi Ishii,Mahiro Tamimoto
Au Japon vous pouvez louer les services d’un acteur pour jouer un père, une mariée, des amis éplorés…Yuichi joue dans le film son propre rôle de patron d’une telle entreprise.

 

Pour en savoir plus sur le film

http://cinecimes.fr/2020/08/family-romance

et sur le réalisateur :

http://cinecimes.fr/2020/09/werner-herzog-family-romance-llc/

 

 

 

TROISIEME FILM du 3 au 8septembre

HOTEL BY THE RIVER

De Hong Sang-soo – Corée du Sud – 2020 – 1H36 – VOST
Avec Ki Joo-bong, Kim Min-hee, Song Seon-mi
L’infatigable réalisateur coréen réussit un nouveau grand film existentiel. Dans un décor de neige, c’est un chassé-croisé de personnages qui se cherchent, se manquent,se trouvent pour se dire des vérités, plus ou moins aimables.

Pour en savoir plus sur le film:

http://cinecimes.fr/2020/08/hotel-by-the-river/

et sur le réalisateur:

http://cinecimes.fr/2020/09/hong-sang-soo-hotel-by-the-river/

 

 

10 au 15 septembre

QUATRIEME FILM du 10 au 15 septembre;

EMA
De Pablo Larrain-Chili-1h42-VOST
Avec Marianne Di Girolamo et Garcia Bernal

Ema, jeune danseuse, mariée à un chorégraphe de renom est hantée par les conséquences de l’échec de l’adoption de leur fils. De très belles séances de danse avec une chorégraphie bien filmée. Ema au fil du film décide de transformer sa vie.

Pour en savoir plus sur le film:

http://cinecimes.fr/2020/08/ema

et sur le réalisateur:

http://cinecimes.fr/2020/09/pablo-larrain/

 

 

 

10 au 15 septembre

CINQUIEME FILM du 10 au 15 septembre

CHAINED / BELOVED
De Yaron Shani – Israël – 2020 – VOST – 1h 52 et 1h 48
Avec Eran Naim– Stav Almagor – Stav Patay
Drames

Deux longs-métrages pour suivre les derniers instants de la vie d’un couple. Si la rupture amoureuse est un thème rebattu au cinéma, le réalisateur israélien, né en 1973, renouvelle le genre avec un dispositif faussement documentaire au terme duquel Chained suit le point de vue masculin de la séparation, et Beloved le versant féminin. La même scène inaugurale – avec des prises de vue différentes- ouvre les 2 films.

 

Pour en savoir plus sur le film:

http://cinecimes.fr/2020/08/chainedbeloved

et sur le réalisateur:

http://cinecimes.fr/2020/09/yaron-shani-chained-beloved/

 

 

17 au 22 septembre

SIXIEME FILM du 17 au 22 septembre:

L ENVOLEE

D’ Éva Riley – Grande Bretagne 2020 -1h23. 

Avec Frankie Box,Alfie Deegan, Sharlène Whyte…. 

Leigh,14 ans,vit dans la banlieue de Brighton. Un jour débarque son demi frère au passé trouble. D’abord prudente, Leigh va délaisser sa routine et son concours de gymnastique pour suivre les faits et gestes de ce nouveau modèle .

 

Pour en savoir plus sur le film

http://cinecimes.fr/2020/08/lenvolee

et sur le réalisateur:

http://cinecimes.fr/2020/09/eva-riley-lenvolee/

 

17 au 22 septembre

SEPTIEME FILM  du 17 au 22 septembre

LA NUIT VENUE 

De Frédéric FaruccI–France-1h35. 

Avec Guang Huo, Camélia Jordana, Xun Liang. 

Un jeune et bel immigré chinois clandestin noue un lien inespéré avec une prostituée et danseuse dénudée. Une romance et un polar dans le Paris des quartiers déshérités, aujourd’hui, où précarité et violences confrontent à une vie cruelle. 

 

Pour en savoir plus sur le film:

http://cinecimes.fr/2020/08/4680

et sur le réalisateur:

http://cinecimes.fr/2020/09/frederic-farrucci-la-nuit-venue/

 

 

24 au 29 septembr  HUITIEME FILM du 24 au 29 septembre

HUITIEME FILM du 24 au 29 septembre

CHONGQING BLUES
De Wang Xiaoshuai– au au  Chine – 1H55 –VOST
Avec Xueqi Wang, Fan B24au29 septembreingbing, Hao Qin

Un marin apprends que son fils, Lin Bo, qu’il a plus ou moins abandonné depuis son divorce et son départ pour le grand large, a été abattu par la police. Envahi par la tristesse et le regret de ne pas avoir vu grandir son enfant, Mr. Lin, le père, revient à Chongqing après des années d’absence et se met à parcourir la ville à la recherche de témoignages et d’indices sur les raisons de ce drame.

 

Pour en savoir plus sur le film:

http://cinecimes.fr/2020/08/chongqing-blues

et le réalisateur:

http://cinecimes.fr/2020/09/wang-xiaoshuai/

 

1 au 6 octobre

NEUVIEME FILM du 1er au 6 octobre

LA FEMME DES STEPPES LE FLIC ET L’OEUF
De Quanan Wang – Mongolie – 2020 – 1h40 – VOST
Avec Dulamjav Enkhtaivan, Aorigeletu, Gangtemuer

Le corps d’une femme est retrouvé au milieu de la steppe mongole. Un policier novice est désigné pour monter la garde sur les lieux du crime. Dans cette région sauvage, une jeune bergère, malicieuse et indépendante, vient l’aider à se protéger du froid et des loups. Le lendemain matin, l’enquête suit son cours, la bergère retourne à sa vie libre mais quelque chose aura changé.

Pour en savoir plus sur le film:

http://cinecimes.fr/2020/08/la-femme

et le réalisateur:

http://cinecimes.fr/2020/09/quanan-wang-la-femmes-des-steppes-le-flic-et-loeuf/

 

Publié dans Archives programmes | Commentaires fermés sur programmation

Tatsushi Ômori ( Dans un jardin qu’on dirait éternel )

Né le 4 septembre 1970 à Tokyo

Japon

Réalisateur, scénariste, acteur

Whispering of the Gods, A Crowd of Three, Dans un jardin qu’on dirait éternel

À l’origine de Dans un Jardin qu’on dirait éternel se trouve « La cérémonie du thé – Ou comment j’ai appris à vivre le moment présent », un essai de Noriko Morishita centré sur son parcours d’étudiante ayant appris avec sa cousine l’art de la cérémonie du thé durant de nombreuses années. Un ouvrage qui attire l’attention du producteur Tomomi Yoshimura qui rachète les droits en vue d’une adaptation cinématographique qu’il confie au réalisateur Tatsushi Ohmori.

«C’est l’histoire d’une femme qui, grâce à l’art du thé, découvre et touche à quelque chose d’inestimable non pas des pierres précieuses brillantes, mais ce qui était caché au fond d’elle depuis toujours.» (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Tatsushi Ômori ( Dans un jardin qu’on dirait éternel )

Gu Xiaogang ( Séjour dans les Monts Funchun )

Né le 11 aôut 1988 à Fuyang ( Hangzhou )

Chine

Réalisateur, scénariste

Séjour dans les Monts Funchun

La beauté de Séjour dans les Monts Fuchun est le fruit d’un double désir : déployer une saga familiale tout en s’inspirant d’une célèbre œuvre de la peinture chinoise de paysage sur rouleau de Huang Gongwang (1348-1350), dont le film reprend le titre. Rencontre avec le réalisateur.

« Mes parents tenaient un restaurant à l’endroit que dépeint cette ancienne peinture. Du fait de la rénovation et de la démolition de la ville, ils ont fini leur carrière comme gérants de restaurant. Tout d’abord, je souhaitais écrire une histoire pour commémorer leurs histoires autour de ce restaurant. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Gu Xiaogang ( Séjour dans les Monts Funchun )

Semaine contre le racisme

Du lundi 23 au vendredi 27 Mars 2020 dans le cadre de la semaine contre le racisme, nous vous proposons un film par jour :

– « Get Out » :  lundi 23 mars  19h30 :

2017 / 1h 44min /USA. Thriller de Jordan Peele avec Daniel Kaluuya, Allison Williams, Catherine Keener   Interdit aux moins de 12 ans.

Couple mixte, Chris et sa petite amie Rose  filent le parfait amour. Le moment est donc venu de rencontrer la belle-famille, Missy et Dean lors d’un week-end sur leur domaine dans le nord de l’État. Chris commence par penser que l’atmosphère tendue est liée à leur différence de couleur de peau, mais très vite une série d’incidents de plus en plus inquiétants lui permet de découvrir l’inimaginable.

– « BLACKKKLANSMAN-J’AI INFILTRÉ LE KU KLUX KLAN » : Mardi 24 mars  19h30

2018/ 2h 16min / Biopic, Policier, USA, de Spike Lee Avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

– « Django Unchained » : Mercredi 25 mars 19h30

2013 / 2h 44min / USA. Western de Quentin Tarantino avec Jamie Foxx, Christoph Waltz, Leonardo Di Caprio. Interdit aux moins de 12 ans

Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le Dr King Schultz, un chasseur de primes allemand, fait l’acquisition de Django, un esclave qui peut l’aider à traquer les frères Brittle, les meurtriers qu’il recherche. Schultz promet à Django de lui rendre sa liberté lorsqu’il aura capturé les Brittle – morts ou vifs

– « Detroit »Jeudi 26 mars  19h30

2017 / 2h 14min /USA Drame, Thriller de Kathryn Bigelow, Avec John Boyega, Will Poulter, Algee Smith. Interdit aux moins de 12 ans

Été 1967. Les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. La guerre du Vietnam, vécue comme une intervention néocoloniale, et la ségrégation raciale nourrissent la contestation.
À Detroit, alors que le climat est insurrectionnel depuis deux jours, des coups de feu sont entendus en pleine nuit à proximité d’une base de la Garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations. Bafouant toute procédure, les policiers soumettent une poignée de clients de l’hôtel à un interrogatoire sadique pour extorquer leurs aveux. Le bilan sera très lourd : trois hommes, non armés, seront abattus à bout portant, et plusieurs autres blessés…

– « Queen & Slim » :  Vendredi 27 mars 19h30

2020 / 2h12min /USA. Thriller, drame de Melina Matsoukas avec Daniel Kaluuya, Jodie Turner-Smith, Bokeem Woodbine

En Ohio à la suite d’un rendez-vous amoureux, deux jeunes afro-américains qui se rencontrent pour la première fois, sont arrêtés pour une infraction mineure au Code de la route. La situation dégénère, de manière aussi soudaine que tragiquement banale, quand le jeune homme abat en position de légitime défense le policier blanc qui les a arrêtés.

Publié dans Archives | Commentaires fermés sur Semaine contre le racisme

Carlo Mirabella-Davis ( Swallow )

Naissance en 1981 aux USA

Chef monteur, réalisateur, scénariste

Swallow

Entretien avec Carlo Mirabella-Davis

Je voudrais commencer par parler de la toute fin du film, à savoir les images qui accompagnent le générique. Comment avez-vous eu l’idée de ce glissement progressif de l’individu à l’universel ?

Ça a été le fruit d’une longue réflexion entre mes producteurs et moi. J’ai écrit pas mal de versions, et la plupart se sont retrouvées jetées en boule dans ma corbeille. Mon idée de base c’était qu’Hunter devait se retrouver dans un lieu intime et isolé. Or les toilettes sont un lieu qui revient régulièrement dans tout le film, c’est un sanctuaire, un lieu qui procure du réconfort à Hunter. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Carlo Mirabella-Davis ( Swallow )

Manele Labidi ( Un Divan à Tunis )

Né en 1982 en région parisienne

Franco-tunisienne

Réalisatrice, scénariste

Un Divan à Tunis

ENTRETIEN AVEC MANELE LABIDI

Comment est né le projet ?

La Tunisie a toujours été pour moi une matière cinématographique puissante, de par ses paysages, sa lumière et la complexité de ses habitants au carrefour entre culture arabo-musulmane et méditerranéenne. Je savais que mon premier film se passerait à Tunis mais c’est la révolution tunisienne qui a été le véritable déclencheur.La révolution a rendu le pays tout d’un coup « bavard » après des décennies de dictature (suite…)

Publié dans Archives, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Manele Labidi ( Un Divan à Tunis )