Rodrigo Moreno (Los Delicuentes)

INTERVIEW DE RODRIGO MORENO

Claudia Oudet – Merci beaucoup Rodrigo de la part d’EL CAFE LATINO pour nous accorder votre temps. J’ai lu que vous aviez une famille d’acteurs et d’artistes, ont-ils eu une influence sur votre choix de devenir réalisateur ?

Rodrigo Moreno – Évidemment, mes parents sont des acteurs, mon père était metteur en scène et professeur de théâtre ; mes parents n’avaient pas de baby-sitter et ils me laissaient dans le théâtre en attendant qu’ils terminent leurs répétitions, pendant leurs cours, et c’était toujours très familier. Mais le théâtre n’a pas l’idée artisanale que la création théâtrale peut avoir, c’est quelque chose de plus interpersonnel, un jeu entre les gens; la technique est la lumière et rien d’autre, c’est une partie substantielle. J’ai compris le cinéma en réaction à mes parents, qui me disaient que je devais être acteur. L’humour était aussi ma propre voie, mais c’est plus complexe pour moi que le jeu d’acteur, c’est un film. Comprendre le langage abstrait implique beaucoup d’études, beaucoup de concentration, des heures et des heures à regarder des films.

Il est clair que l’influence est liée à ma famille. En outre, les cinéastes qui réalisent leurs films pour la première fois ont peur des acteurs. Ils y voient un monde inconnu. Dans mon cas, ce n’était pas comme ça, c’était naturel. Je pense donc que c’est l’un des petits avantages du fait que mes parents soient acteurs.

C.O.- Alors, le point qui vous a fait renoncer au théâtre, qu’est-ce qui vous a fait choisir le cinéma, le “déclic” ?

R.M. – Je ne sais pas. Il y a eu plusieurs choses. Quand j’étais enfant, je faisais beaucoup de théâtre radiophonique avec des amis. Nous enregistrions des histoires, avec un micro, sur des cassettes, nous mettions les effets sonores des cassettes de la BBC. Je dessinais aussi, très mal, mais je faisais des bandes dessinées. C’est un peu tout cela qui m’a amené à créer ce film.

C.O.- Et maintenant, est-ce que la bande dessinée vous aide à faire vos films ?

R.M.- Pas du tout.

C.O.- J’ai compris qu’il y avait une part d’humour, de comique dans le film. D’où vient cet humour.

R.M.- Je considère que j’ai un grand sens de l’humour. Il me vient de mes parents, de mes amis.  L’humour me permet de raconter des vérités d’une manière différente ; mais en même temps, c’est un acte absurde qui ne correspond pas à la réalité. Je m’intéresse à un endroit plus fantastique, plus exotique. Et l’humour et l’absurde m’aident à atteindre cet état exotique et complexe.

C.O.- Dans le film, c’est un sujet très normal de la vie, car nous avons besoin d’argent pour vivre. Il ne s’agit donc pas de quelque chose de fantastique ou d’utopique, mais de quelque chose de très concret…

R.M.- Très concret, mais en même temps, le film réserve une forme qui ne correspond pas à la réalité ; donc cette “couche”, où se trouve l’humour, qui comprend aussi d’autres gestes typiques du cinéma, est ce que j’utilise pour me détacher de la réalité.

C.O.- Comment est née l’idée du thème ?

R.M.- Eh bien, c’est lié au thème de la délinquance des années 40 en Argentine, je prends la prémisse de ce film, où l’on voit un employé qui décide de prendre l’argent, de le cacher, de purger sa peine et de continuer… Le film respecte toutes les règles et cette prémisse s’inscrit en particulier dans une autre intrigue. Pour mon film, je prends tout cela pour le déformer, pour essayer d’entrer dans un domaine qui m’intéresse, qui est la relation que l’on établit avec le travail et les loisirs. Le travail comme lieu de privation de liberté. C’est comme ça que ça a commencé

.

C.O.- Selon Joel Poblete de Mabuse, vous êtes l’un des membres du “nouveau cinéma argentin”. Que pensez-vous de cette affirmation ?

R.M.- Géographiquement, oui, bien sûr, j’appartiens à ce que les critiques appellent les “cinéastes du nouveau cinéma argentin”, mais ce n’est pas un mouvement généré par les cinéastes, non.  Je fais plutôt partie d’un très grand renouveau qui a eu lieu en Argentine il y a environ 25 ans ; aujourd’hui, il ne me représente plus. En tout cas, la plupart de mes pairs ont pris des chemins différents, ou plutôt j’ai pris un chemin différent. Il s’agit de préserver une indépendance, une liberté de produire et de filmer. C’est une chose à laquelle les producteurs de mon âge ont succombé face à l’industrie. Je me sens loin de ça.

C.O. – Le film a été tourné totalement en Argentine. Comment travaillez-vous avec votre équipe ? Comment avez-vous choisi les personnes ?

R.M.- Fondamental ! Tout d’abord, le processus a été très long, 5 ans. Par conséquent, de nombreuses personnes ont pu rester à plusieurs étapes, mais certaines, comme la directrice de la photographie avec laquelle j’ai commencé, 3 ans après le tournage, est tombée enceinte et n’a pas pu continuer, alors j’ai continué avec un autre réalisateur que je connaissais d’un autre film. C’est un monde de personnes très sympathiques que je respecte beaucoup. C’est-à-dire que leurs voix ne sont pas des voix reportant la vision du réalisateur, mais tout le contraire ; ce sont des voix qui ont une autorité, une opinion ; je laisse beaucoup de place à mes collaborateurs que je connais et, d’ailleurs, je n’aime pas dire « mes » collaborateurs, ni « mon » équipe ; je n’en suis pas leur « patron », au contraire, il me semble que c’est une collaboration collective ; Je crois que « les » collaborateurs, qui compose « l’équipe » sont des personnes que je respecte et que j’admire ; il y a quelque chose dans le travail qui est le résultat d’une longue conversation, dans le sens d’écouter, de dire, de donner des opinions, de discuter, d’arriver à des accords, de ne pas arriver à des accords. Tout ce processus de travail collectif aboutit à un film. Cela m’intéresse de travailler de cette manière.

C.O. – Et le casting ?

R.M. – Certains sont des acteurs avec lesquels j’ai travaillé dans des films précédents. Il me semble qu’un acteur ou une actrice doit avoir le sens de l’humour – fondamental, fondamental – ils doivent avoir quelque chose qui va au-delà de leur technique, ce sont des gens qui m’intéressent dans la vie, ce qu’ils disent, ce qu’ils font, comment ils pensent, comment ils vivent, je m’intéresse beaucoup à la personne, pas à l’acteur. Parce que je sais qu’au cinéma, en fin de compte, ce que nous filmons, c’est la personne, pas le masque. La caméra a ce pouvoir. C’est ainsi que je cherche les personnes avec lesquelles je veux travailler.

C.O. – Quant au film, il a été sélectionné et nommé dans la catégorie « Meilleur film » d’Un certain regard à Cannes – Quel sera l’avenir du film ?

R.M.- Depuis près d’un an, il a fait le tour des festivals les plus importants après Cannes, San Sebastian, New York et il sort dans 30 pays, rien qu’au mois de mars. Le film est sorti dans des salles commerciales en France, en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Italie, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, aux États-Unis et en Amérique latine, en Inde, à Taïwan. Je suis très heureux. L’Amérique latine a des « Oscars » latino-américains, le « Platinium », et mon film a reçu les prix du meilleur film, meilleur scénario, meilleure photographie, meilleur montage, des films d’Espagne, du Portugal y participent, il est considéré comme le meilleur film d’Amérique latine, ce qui est pour moi un honneur, il est super récompensé, au Chili, à Viña del Mar, à Cuba, il a gagné beaucoup de prix.

C.O. – Quel est le message que vous avez voulu faire passer avec ce film ?

R.M.- Je ne sais pas si j’ai voulu faire passer un message. Je considère les films comme une expérience pour le spectateur qui a la liberté de faire sa propre lecture. Le film raconte l’histoire de quelqu’un qui décide de se libérer de certaines dépendances dans sa vie. Le message est là, mais chacun en fera la lecture qu’il veut. Je ne conçois pas le cinéma comme un acte pédagogique, mais plutôt comme une expérience artistique.  J’aime laisser les lectures ouvertes. Bien sûr, le film a un point de vue, je propose une opinion sur le monde, mais pas dans le sens d’un message.

Interview de Claudia Oudet pour El Café Latino

Ce contenu a été posté dans Réalisateurs. Mettre en favori.

Comments are closed.