Archives : Archives réalisateurs

Stéphane Demoustier ( La Fille au Bracelet )

Né en 1977 à Lille

France

Réalisateur, producteur

Terre Battue, La Fille au Bracelet

ENTRETIEN AVEC STÉPHANE DEMOUSTIER

Le premier plan du film ne laisse rien présager de ce qui va suivre…

Ce premier plan a été tourné en été, quatre mois après tout le reste. C’est peut-être l’unique plan d’un horizon ensoleillé pour cette famille, et surement la seule fois où ils seront tous réunis dans un même cadre. Je voulais une image d’Epinal, celle d’un temps heureux mais furtif, puisque la police apparait très vite à l’écran, et vient rompre cet instant fragile. Il était important que cette scène contraste en tout avec la suite. Qu’on ressente la bascule avec ce jour où tout s’écroule. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Stéphane Demoustier ( La Fille au Bracelet )

Diao Yinan ( Le Lac aux Oies Sauvages )

Né le 30 novembre 1969

Chine

réalisateur, scénariste, acteur

Train de Nuit, Black Coal, Le Lac aux Oies Sauvages.

Entretien avec Diao Yinan

On trouvait déjà des éléments de polar dans Uniform, et Black Coal était un vrai film noir dont vous intégrez les éléments au contexte chinois. Avec Le Lac aux oies sauvages, vous signez un vrai polar épique et ambitieux. Est-ce que justement le cinéma policier et plus spécifiquement de genre est selon vous une bonne porte d’entrée pour le spectateur vers les sujets sociaux et humanistes contenus dans vos films ?

Effectivement quand on parle du film de genre, ils ont toujours un message sur les phénomènes de société de l’époque à laquelle ils sont tournés (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Diao Yinan ( Le Lac aux Oies Sauvages )

Karim AÏnouz ( La Vie Invisible d’Euridice Gusmão )

Né le 17 janvier 1966 à Fortaleza

Brésil

Réalisateur

Madame Satä, Le Ciel de Suely, Praia do Futuro, La Vie Invisible d’Euridice Gusmão ( prix Un Certain Regard Cannes 2019 ).

Karim Aïnouz a adapté un best-seller de Martha Batalha avec brio. Un superbe mélodrame qui en dit long sur la place de la femme au Brésil. Il nous parle en français, parfois en portugais ou en anglais, de cette aventure intime, avec générosité et volubilité.

Ecran Noir: Pourquoi avoir adapté ce roman de Martha Batalha, Les Mille Talents d’Eurídice Gusmão (publié chez Denoël en France, ndlr)? (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Karim AÏnouz ( La Vie Invisible d’Euridice Gusmão )

Elia Suleiman ( It Must Be Heaven )

Né le 28 juillet 1960 à Nazareth

Israël

Réalisateur, acteur palestinien

Chronique d’une Disparition, Intervention Divine, Le Temps qu’il Reste, It Must Be Heaven

De Ramallah à Nazareth, où Elia Suleiman présente “It Must Be Heaven”, son dernier film, mention spéciale du Jury au Festival de Cannes 2019, le cinéaste palestinien renoue avec son public, ses vieux amis et une jeunesse vivante. Mais, poète burlesque flottant au-dessus d’un pays qui ne peut exister, Elia Suleiman se sent seul. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Elia Suleiman ( It Must Be Heaven )

Terrence Malick ( Une Vie Cachée )

Né le 30 novembre 1943 à Ottawa ( USA )

Américain

Réalisateur, scénariste, producteur

La Balade Sauvage, Les Moissons du Ciel, La Ligne Rouge, The Tree of Life ( Palme d’Or 2011 ), Une Vie Cachée.

De retour sur le grand écran avec Une vie cachée, Terrence Malick a des goûts cinématographiques bien opposés aux films dramatiques et visuellement époustouflants qu’il réalise. Son film préféré en est un parfait exemple.Terrence Malick fait de très rares apparitions en public mais quand il rencontre des journalistes, des anecdotes amusantes en ressortent. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Terrence Malick ( Une Vie Cachée )

Programmation janvier février 2020

9 au 14 janvier 20

Du 9 au 14 janvier

LA SAINTE FAMILLE 

De Louis-Do de LENCQUESAING-France-1h30. 

Avec Marthe Keller, L.-D. de Lencquesaing, Laura Smet, Léa Drucker. 

Jean, anthropologue devient ministre de la Famille, alors que la sienne déborde de faux-semblants, de secrets et de sentiments inavouables. Ainsi lorsqu’il se retrouve dans la même pièce que sa cousine au visage de madone (qui a la fiévreuse beauté de Laura Smet) dont la conception ne fut guère immaculée… Une jolie chronique sur une famille noble et zinzin, piquante même. Où l’on bouge sans cesse pour garder contenance, ne pas avoir à dire je t’aime… Loin d’un énième film sur les petits tracas existentiels, cette comédie dramatique jette une lumière singulière sur les origines de nos névroses. 

 

16 au 21 janvier

Du 16 au 21 Janvier

UNE VIE CACHEE (TITRE ORIGINAL A HIDDEN LIFE) 

De Terrence Malick – Etats Unis/Allemagne – 2019 – 2h53 

Avec : August Diehl, Valerie Pachner, Maria Simon, Michael Nyqvist, Matthias Schoenaerts… 

Malick signe un film d’une beauté terrassante sur la foi et le doute. On n’est pas près d’oublier la projection cannoise d’Une vie cachée. Après quelques images, les yeux mouillés, les pupilles dilatées, on savait qu’on n’oublierait jamais cette séance. Le film suit le parcours de Franz Jägerstätter, paysan autrichien croyant qui refusa de prêter allégeance à Hitler et finit décapité en 1943. Des débuts arcadiens (dans de sublimes paysages) à sa faillite transcendantale et sa fin enténébrée, on découvrait une fresque sublime, étirée, qui s’imposait immédiatement comme l’un des sommets du réalisateur. Malick est avant tout un artiste qui sait submerger d’émotion par l’agencement des sensations du spectateur. Ses films parlent d’eux-mêmes avec des fulgurances d’images, de mots, de sons… Ce que raconte Malick, c’est l’histoire d’une foi. Franz doit reconnaître que son acte de résistance détruira sa vie, sa famille et tout ce qu’il aime, et pour quoi ? Trop peu d’impact. C’est en tout cas ce que lui dit sa femme. Cette Vie cachée regarde la lutte de Franz entre la tentation d’abdiquer et sa soif de transcendance. 

C’est en tout cas ce que lui dit sa femme. Cette Vie cachée regarde la lutte de Franz entre la tentation d’abdiquer et sa soif de transcendance.

23 au 28 janvier

Du 23 au 28 janvier

IT MUST BE HEAVEN 

De Elia Suleiman – France Palestine – 2019 – 1H37 – VOST 

Avec : Elia Suleiman, Tarik Kopty, Kareem Ghneim…. 

Oeuvre singulière, très drôle, et éminemment politique, sous forme de conte. L’action commence à Jérusalem, à propos d’un vol de citrons dans un jardin, dont on aura plusieurs versions, puis s’envole vers Paris, puis New York. Notre héros observe, muet, désabusé, la comédie humaine et son absurdité, à travers divers personnages, inquiet de l’inflation sécuritaire du monde et du climat de tension mondial. Le monde ressemble donc désormais à la Palestine! Tout est chorégraphié et filmé avec précision. Il joue sans cesse avec le dedans et le dehors, ce qui est dans le cadre et ce qui ne l’est pas… 

Suleiman nous offre un film d’une grande poésie, sublimée par une mise en scène au cordeau et la beauté des cadres éclairés par Sofian El Fani (Timbuktu..) 

Mention spéciale du jury au festival de Cannes 2019 et Pris Fipresci de la critique 

 

30 janvier au 4 février

Du 30 janvier au 4 février

LA VIE INVISIBLE D’EURÍDICE GUSMÃO 

De Karim AÏNOUZ–Brésil-2h19.. 

Avec Carol Duarte, Julia Stockler, Gregorio Duvivier. VOST 

Au Brésil, deux soeurs de la classe moyenne, inséparables à l’adolescence dans les années 1950, se perdent de vue involontairement, à l’âge des premières amours, et ne parviennent plus à se retrouver ensuite. Ce récit romanesque (d’après Martha Batalha) s’étend sur plus de 50 ans. C’est un hommage aux femmes « invisibles » de la seconde moitié du XXème siècle, malmenées par les codes sociaux, les modes de vie imposés, la sexualité orientée vers le seul plaisir masculin… Des solidarités féminines, dans ce Brésil suffocant, deviennent essentielles. 

Prix un certain regard à Cannes 2019 

 

6 au 11 février

Du 6 au 11 Février

LE LAC AUX OIES SAUVAGES 

De Diao Yinan Chine -1h50 -VOST 

Avec : Hu Ge, Gwei Lun Meu, Luao Fan 

Sur un quai de gare, sous un déluge crépitant, un homme amoché reste caché derrière un pilier. Une femme aux cheveux courts s’approche et lui annonce qu’elle vient à la place de sa compagne. L’homme est un chef de gang traqué à la fois par la police et par une bande rivale. Elle est une prostituée (de celles que l’on surnomme « baigneuses »), prête à tout pour échapper à son triste sort. Une très grosse récompense promise par la police est en jeu. Le fugitif le sait, prêt à se sacrifier pour que cet argent revienne à sa femme et à son fils. 

Entre loyauté et traîtrise, on ne sait qui manipule qui. 

Il y a de l’humour et de la satire dans ce polar qui ne se prend pas au sérieux, même s’il décrit une réalité violente. C’est aussi un état des lieux de la Chine contemporaine 

97443_CineCime.qxp_3909_CineCime 06/01/2020 10:59 Page 2 

Publié dans Archives réalisateurs | Commentaires fermés sur Programmation janvier février 2020

Sébastien Betbeder ( Debout sur la Montagne )

sebastien-betbeder Né le 4 janvier 1975 à Pau

France,

Réalisateur et scénariste

Deux Automnes Trois Hivers, Le Voyage au Groenland, Ulysse et Mona, Debout sur la Montagne

Tourner en montagne

Natif des Pyrénées, Sébastien Betbeder avoue être pratiquement « prédisposé » à tourner en montagne. Il lui fallait en tous cas « inscrire le film dans un territoire isolé », un lieu qui puisse « créer un lien » rendant crédible cette histoire. Pour cela, il a du faire énormément de repérages, et l’aide de la Région a été décisive, permettant le choix d’un village dans un territoire cependant immense. Il n’a cependant pas été aisé de trouver un village qui ait du caractère, soit porteur de tradition et surtout, soit libéré de l’emprise des panneaux publicitaires.

(suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Sébastien Betbeder ( Debout sur la Montagne )

Jérémy Clapin ( J’ai Perdu mon Corps )

Né le 13 Février 1974 à Paris

France

Réalisateur, animateur

Skhizein (court métrage), J’ai Perdu mon Corps

Après avoir remporté le Grand Prix Nespresso à la Semaine de la Critique ainsi que le Cristal du Long-Métrage à Annecy en juin dernier, J’ai Perdu Mon Corps  sort actuellement en salles. Echange avec son réalisateur, Jérémy Clapin, pour parler de ce petit miracle d’animation français, des difficultés à financer un tel film, mais aussi des accidents de la vie et de John Irving. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Jérémy Clapin ( J’ai Perdu mon Corps )

Costa Gavras ( Adults in the Room )

Né le 10 Février 1933 à Loutra Ireas (Grèce)

Français et Grec

Réalisateur

Compartiment Tueurs, Z, L’Aveu, Etat de Siège, Missing,Amen,  Adults in the Room…

ENTRETIEN AVEC COSTA-GAVRAS

Une crise financière, l’arrivée d’un nouveau Premier ministre (Aléxis Tsípras), des négociations avec les instances européennes… Cela ne ressemble pas vraiment à un film d’action ! Pourtant, le réalisateur Costa-Gavras, après quelques films un peu décevants, retrouve ici avec ce film la force de ses grandes œuvres et réussit à faire de cette histoire économique un thriller… Ou une tragédie grecque. Une leçon d’histoire contemporaine passionnante. (suite…)

Publié dans Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Costa Gavras ( Adults in the Room )

Programmation novembre décembre 2019

LE TRAITRE 

28 novembre au 3 décembre

Du 28 novembre au 3 décembre

De Marco Bellocchio- Italie- France- Allemagne- Brésil- 2H31- VOST 

Avec : Pierfrancesco Favino, Maria Fernanda Cândido, Fabrizio Ferracane, Nicola Cali 

Début des années 80, les parrains de la Mafia sont réunis dans un somptueux palais palermitain. La guerre entre eux est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, s’enfuit au Brésil. Pendant ce temps en Italie, les règlements de comptes s’enchaînent et les proches de Buscetta, dont deux de ses fils, sont tués. Arrêté au Brésil et extradé en Italie, il va jouer les repentis et collaborer avec l’Etat. Autre décor, palais de justice, cours d’audience, mafieux vociférants dans des cages, on est loin de la mythologie et des fastes romantisés. Il dénonce ses anciens partenaires avec jubilation, il parle, se confesse et assume tout. Il permet ainsi des centaines d’arrestations. Ce « prince des repentis « est toujours considéré par certains italiens comme un traître, en témoignent certains murs de Palerme couverts de graffitis anti- Buscetta. Marco Bellocchio signe là un thriller intense sur cette sombre et véritable histoire. 

ADULTS IN THE ROOM 

5 au 10 décembre

Du 5 au 10 décembre

De K. COSTA-GAVRAS–France/Grèce-2h04. 

Avec Christos Loulis, Alexandros Bourdoumis, Ulrich Tukur. 

Récit de la tragédie grecque de 2015, à partir du témoignage du principal représentant grec (Yanis Varoufakis) qui a été au coeur des « coulisses secrètes de l’Europe » et aussi à partir des enregistrements qu’il a dû faire lors des réunions avec l’Eurogroupe et la « troïka », faute de procès-verbal de ces réunions. Une organisation où ne compte plus que l’impératif économique ; le vote des citoyens grecs est méprisé et leur condition condamnée à la pauvreté. Tandis que l’assise juridique de l’Eurogroupe n’existe même pas. Un thriller palpitant sur un abus de pouvoir, une véritable dictature économique. Le règne de l’arbitraire est évoqué dans le titre : « (Il faut ou y a-t-il) des adultes dans la salle.) 

J’AI PERDU MON CORPS                            Du 12 au 17 décembre

De Jérémy Clapin – France – 1h21 

Avec les voix de : Hakim Faris, Victoire Du Bois, Patrick d’Assumçao 

Une main coupée s’échappe d’un laboratoire pour retrouver son propriétaire. 

Grâce à un hallucinant sens du cadre et du montage, on retient son souffle. Et la main, celle de Naoufel, orphelin, devenu jeune homme, se souvient de son enfance. Quand elle était, justement, celle d’un petit garçon qui rêvait d’être à la fois cosmonaute et concertiste, qui jouait du piano avec sa maman ou laissait glisser du sable entre ses doigts. 

Ce premier long métrage d’animation, constamment étonnant et bouleversant, va raconter une histoire apparemment toute simple: la vie, empêchée, mais portée par l’espoir, d’un jeune homme d’aujourd’hui. 

Grand prix au festival d’Annecy et à Cannes 2019

LA CORDILLERE DES SONGES 

19 au 24 décembre

Du 19 au 24 décembre

De Patricio Guzman – France-Chili – 1h 25 

Documentaire ( Prix du meilleur documentaire Cannes 2019 ) 

Exilé en France depuis 1973 et le coup d’état de Pinochet, le Chilien Patricio Guzman ne cesse, de film en film, de documenter l’histoire de son pays. La Cordillère des Songes est le troisième volet d’un triptyque géographique. Après Nostalgie de la Lumière, consacré au désert d’Atacama, après Le Bouton de Nacre sur la relation compliquée du Chili à l’océan pacifique, ce troisième film évoque les montagnes chiliennes mais aussi entend dresser un parallèle entre géographie et histoire et dans un même temps continuer le procès des années Pinochet et de la société ultra libérale du Chili actuel. « J’ai voulu filmer cette immense colonne vertébrale pour en révéler les mystères, révélateurs puissants de l’histoire passée et récente du Chili ». Les évènements qui secouent en ce moment le pays font un écho à ce film réalisé bien avant. 

DEBOUT SUR LA MONTAGNE 

9 au 14 janvier

Du 9 au 14 janvier

De Sébastien Betbeder, 1h48. Avec William Lebghil, Izïa Higelin, Bastien Bouillon 

Stan, Hugo et Bérénice ont grandi dans les montagnes. Ils étaient inséparables. Ils sont devenus des adultes avec les épreuves de la vie. Un enterrement dans leur village natal fait se retrouver ce trio autrefois joyeux. Est-il possible de retrouver ce bonheur et cette candeur à l’âge adulte quand certains de vos rêves se sont envolés? 

Betbeder tente d’en apporter la réponse avec un mélange délicat entre rires et larmes, avec un soupçon de fantastique. 

Publié dans Archives réalisateurs | Commentaires fermés sur Programmation novembre décembre 2019