Archives : Dossiers

Peur de Rien

Conversation entre Annie Ernaux et Danielle Arbid

Annie Ernaux : Je viens de découvrir Peur De Rien en projection et j’ai été très touchée. Je suis en train d’écrire un nouveau roman sur une période de vie similaire, les 17 ans d’une jeune femme. En ce qui me concerne c’est purement autobiographique et j’imagine qu’il y a beaucoup de vous dans Lina, le personnage principal…

Danielle Arbid : Merci. Peur De Rien est un titre qui résume parfaitement le portrait que je voulais faire de Lina. Mais pour la part d’intime dans ce film, c’est plutôt le fantasme du souvenir qui m’inspire. Peut-être que la réalité de ce que j’ai vécu était plus dure ou plus douce, peu importe. Je préfère laisser œuvrer le temps. L’écriture est un moyen de composer avec le vécu et le cinéma parachève doublement ce processus : avec le scénario, le choix des comédiens puis à travers le regard que vous portez sur eux, le montage… Donc, non, ce n’est pas autobiographique. Ce que je voulais dire à travers ce film c’est « la somme de ce qu’on devient » grâce aux gens rencontrés.

Annie Ernaux : C’est en cela que l’écriture autobiographique est très différente de la vôtre… (suite…)

Publié dans A propos de..., Dossiers, Peur de Rien | Commentaires fermés sur Peur de Rien

Ida Panahandeh

ida

Née en 1980 à Téhéran

Iran

Réalisatrice

Nahid

 

 

 

 Les questions sociales

Nahid est une femme amoureuse pour la première fois, qui goûte à la joie que lui procure cet amour réciproque. Mais, confrontée à sa réalité et aux lois qui régissent la société, cette joie se transforme en souffrance. Dans les sociétés traditionnelles, une femme est valorisée en tant que mère, sa vie de femme en tant que telle est secondaire. En Iran, si une femme divorcée ayant la garde de son enfant se remarie, elle perd son droit de garde au profit du père de l’enfant. Donc, si elle souhaite avoir une relation légale sans courir ce risque, elle peut avoir recours au mariage temporaire, le « sighe ». Bien que le « sighe » soit inscrit dans la loi de l’islam chiite, les Iraniens portent presque unanimement un regard très négatif sur les femmes qui y recourent. C’est une pratique taboue, considérée comme un instrument d’exploitation des femmes. Cette loi permet en effet à un homme de contracter sans limites des mariages temporaires d’une durée d’une heure à plusieurs années. (suite…)

Publié dans Dossiers, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Ida Panahandeh

La Chine Nouvelle de Jia Zhang-ke

La Chine nouvelle de Jia Zhang-ke

Publié par philippe piercy sur 27 Décembre 2015, 17:24pm

Dans Le Monde du 26/12/2015 (http://abonnes.lemonde.fr/culture/article/2015/12/24/la-chine-nouvelle-de-jia-zhang-ke_4837754_3246.html​)

un long article et interview du cinéaste auteur de Touch of sin et d’  » Au-delà des montagnes » .

extraits:

Il émane d’Au-delà des montagnes, le nouveau film de Jia Zhang-ke, un -petit air de quête du Graal – un Graal qu’incarne l’Occident : le récit commence en 1999 avec Go West, le tube des Pet Shop Boys. C’est l’âge où, depuis leur patelin provincial, les personnages rêvent d’ailleurs et d’aisance matérielle. A l’étape suivante, en 2014, ceux des protagonistes qui croient vivre en Chine le rêve capitaliste le plus abouti en demandent toujours plus, éternels insatisfaits. En 2025, dans un futur imaginé par Jia Zhang-ke, on retrouve ces derniers en Australie, projetés dans un paradis factice, lisse et vide, où leur mal-être éclate. Prisonniers de leur passé, ils n’ont plus d’avenir.(…) (suite…)

Publié dans A propos de... | Commentaires fermés sur La Chine Nouvelle de Jia Zhang-ke

Leyla Bouzid

BOUZID_Leyla_2015_NB1984  Tunis

Tunisie

Réalisatrice, scénariste

A peine j’ ouvre les yeux (2015)

Entretien avec la réalisatrice Leyla Bouzid

Le film se déroule sous l’ère Ben Ali, mais l’écriture et le tournage se sont faits bien après son départ. Comment votre travail évoluait-il au gré des moments historiques et cruciaux traversés par la Tunisie ?

Quand la révolution a eu lieu, il y a eu une grande volonté de la filmer et de la représenter. De nombreux documentaires ont été réalisés à ce moment là, tous remplis d’espoir, tournés vers l’avenir. J’ai eu, moi aussi, cette envie forte de filmer. Mais filmer ce qu’on avait vécu et subi : le quotidien étouffant, les pleins pouvoirs de la police, la surveillance, la peur et la paranoïa des Tunisiens depuis 23 ans. La révolution (ou révoltes, les points de vue divergent) surprenait le monde entier mais elle ne venait pas de nulle part. On ne pouvait pas, d’un coup, balayer des décennies de dictature et se tourner vers l’avenir sans revenir sur le passé. C’était une évidence pour moi qu’il fallait aborder le passé rapidement, tant que le vent de liberté soufflait encore. Comme la plupart des Tunisiens, mon euphorie était forte au début, puis les phases d’enchantements et de désenchantements n’ont fait que se succéder. Pour le film, je ne souhaitais pas que les différentes émotions liées à l’actualité m’influencent. Mon curseur était d’être uniquement guidée par la cohérence du parcours émotionnel des personnages au moment de l’histoire racontée. Il s’agissait d’être le plus juste possible dans la fiction et son ancrage contextuel et historique.

Est-ce que vous avez eu conscience de ce nouveau resserrement des libertés pendant le tournage ? Aviez-vous peur en voyant comme « ressurgir » l’époque Ben Ali sous l’œil de votre caméra ?

J’avais surtout conscience qu’il fallait faire le film rapidement, tant qu’il était encore temps, et qu’il était important de filmer la peur que les Tunisiens ressentaient sous l’ère Ben Ali… (suite…)

Publié dans A propos de..., Archives réalisateurs, Réalisateurs | Commentaires fermés sur Leyla Bouzid

La Vie très Privée de Mr Sim

Entretien avec Jonathan Coe

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour ce livre ?

En 2007, pour la première fois de ma vie, je me suis acheté une voiture équipée d’un GPS. La même année, alors que je visitais l’Australie, j’ai aperçu une femme chinoise et sa petite fille qui jouaient aux cartes, toutes les deux, dans un restaurant. Ces deux anecdotes, sans rapport apparent, m’ont donné envie d’écrire un livre sur la solitude et l’intimité à notre époque dominée par les nouvelles technologies.

Pourquoi Sim a-t-il autant besoin d’aller vers les autres ?

Parce qu’il se sent seul. Au début du livre comme du film, il sort d’une période de dépression provoquée par l’échec de son mariage. Il veut à tout prix renouer un lien avec les autres, mais il ne sait plus comment s’y prendre – ou plutôt, comme il commence à s’en rendre compte, il n’a jamais su s’y prendre.

Vos livres ont la réputation de se prêter facilement à des adaptations cinématographiques. Lorsque vous écriviez « La vie très privée de Monsieur Sim », envisagiez-vous qu’il puisse être porté à l’écran ?

Le livre s’inspire très librement d’un road-movie anglais, Le Meilleur Des Mondes Possibles (1973) de Lindsay Anderson, où Malcolm McDowell campe un vendeur de café qui sillonne les routes et les autoroutes d’Angleterre. Par conséquent, il est vrai que j’ai toujours eu le sentiment que le roman était très cinématographique.

Avez-vous été surpris qu’un réalisateur français vous contacte pour adapter l’un de vos livres ?

À l’heure actuelle, mes livres ont plus de succès en France qu’au Royaume-Uni. D’autre part, la France produit environ 250 longs métrages par an, alors qu’en Angleterre, on n’en produit qu’une quarantaine. Du coup, ce n’est pas étonnant que, ces dernières années, la quasi totalité des propositions d’adaptation de mes livres soient venues de réalisateurs français. Je ne connaissais pas les films de Michel, mais il m’a donné un DVD du Le Nom Des Gens qui m’a beaucoup plu. Lorsque nous nous sommes vus, j’ai compris qu’on aimait les mêmes cinéastes, et tout particulièrement Billy Wilder et Woody Allen.

Avez-vous envisagé de participer à l’écriture du scénario avec Michel et Baya ?

Non, parce que j’étais très occupé à terminer un roman, « Expo 58 », et à en commencer un autre,
« Number 11 ». On s’est vus et on a passé une journée tous les trois dans les environs de Florence, où Michel et Baya venaient d’emménager et où j’étais en vacances avec ma famille. On a parlé du scénario et il m’a semblé évident qu’ils avaient l’intention de rester très fidèles au livre. Du coup, je les ai laissés faire.

Qu’avez-vous pensé du film ?

Je trouve que Michel a su rester très proche de l’esprit du livre. Pas seulement l’esprit d’ailleurs : il a réalisé une adaptation fidèle, allant jusqu’à transposer les flash-backs et l’histoire parallèle de Donald Crowhurst – autant d’éléments que, à mon avis, il allait devoir écarter. La seule liberté majeure qu’il s’est permise concerne le dernier chapitre controversé du roman, où l’on découvre que Monsieur Sim est le fruit de l’imagination de l’auteur. Mais il m’avait dit depuis le début qu’il ne pouvait pas transposer ce chapitre, et j’en étais d’accord.

Différentes intrigues et temporalités se croisent dans votre œuvre. Comment Michel Leclerc s’en est-il sorti sur le plan cinématographique ?

Il s’en est remarquablement tiré. D’ailleurs, je trouve que le film est de plus en plus intéressant à mesure qu’avance l’intrigue, qu’on découvre davantage de flash-backs et qu’on apprend en quoi ils sont importants. Les scènes des adolescents en vacances, et celles du Paris des années 50 avec Vincent Lacoste, comptent parmi mes préférées.

Pour vous, le film se rapproche-t-il davantage de la comédie que le roman ?

En fait, j’ai trouvé le film plus empreint de mélancolie que le livre. Quand on voit Sim parcourir ces routes désertes en voiture, avec son GPS pour seule compagnie, on perçoit sa solitude de manière plus palpable que dans le livre. Avant le dénouement heureux des toutes dernières minutes, j’ai trouvé que c’était un film profondément triste.

Si Michel Leclerc a coupé certaines scènes du livre, il en a aussi imaginé de nouvelles…

C’est ce que j’espérais qu’il ferait. L’objectif d’une collaboration est précisément de découvrir ce qu’un autre esprit créatif peut apporter à l’œuvre de départ. Rien n’est aussi ennuyeux qu’une pure adaptation littérale.

Michel Leclerc estime que le livre est très anglais, alors que vous trouvez le film très français…

Pour moi, le style des réalisateurs français est beaucoup plus fluide et visuellement marqué que celui de leurs homologues anglais. Ces dernières années, la plupart des artistes anglais les plus intéressants qui ont vraiment quelque chose à dire ont choisi de le faire à la télévision ou au théâtre – pas au cinéma. Les cinéastes anglais ne semblent pas en mesure de trouver le bon équilibre entre les dialogues et le style visuel. Le film de Michel me semble « très français » car il manie le langage du cinéma avec beaucoup de naturel.

Qu’avez-vous pensé de la manière dont Michel Leclerc a intégré l’histoire de Crowhurst dans l’intrigue principale ?

Pour moi, le parallèle entre Crowhurst et Sim est fondamental et donne tout son sens au livre. Je redoutais vraiment que ce parallèle soit perdu, ne serait-ce qu’en raison de la difficulté à obtenir les droits des images de Crowhurst. Du coup, je suis ravi que cet élément du livre se retrouve dans le film et y joue un rôle aussi important. Un biopic à gros budget est en tournage actuellement, avec Colin Firth dans le rôle principal, et son histoire va donc devenir très célèbre. Mais nous aurons été les premiers à en parler !

Avez-vous été ému par la prestation de Jean-pierre Bacri ?

Au départ, j’étais un peu inquiet par la différence d’âge entre le Sim du livre et Jean-Pierre, mais je me suis rendu compte que cela ne se voyait pas à l’écran. De toute évidence, Jean-pierre Bacri est l’un des plus grands acteurs de cinéma et je n’arrivais pas à croire qu’il s’apprêtait à camper l’un de mes personnages. Sa prestation est tout simplement fascinante.

Et les autres comédiens ?

Bien qu’elle ait peu de scènes, Valeria Golino est formidable : elle campe l’ancien amour de jeunesse de Sim, devenue une femme d’une quarantaine d’années séduisante.Isabelle Gélinas est à la fois chaleureuse et émouvante dans le rôle de la femme de Sim. Toutes les comédiennes du film sont épatantes, mais j’ai surtout été impressionné par Mathieu Amalric et par les scènes où il joue avec Bacri : on sent très bien les liens qui existent entre eux et l’attirance entre ces deux hommes, à la fois forte et tendre, et d’une grande subtilité. C’est un grand numéro d’acteur.

Qu’avez-vous pensé de la mise en scène ?

J’ai été ravi de voir que Guillaume Deffontaines est presque le premier nom qui apparaît au générique de fin. Il a signé quelques superbes images, particulièrement vers la fin du film. L’aboutissement du périple de Sim dans le Massif Central est une séquence magnifique, sur un plan visuel et dramaturgique, puis le fondu enchaîné avec le paysage italien sous le soleil est d’une grande beauté.

Publié dans A propos de..., Dossiers | Commentaires fermés sur La Vie très Privée de Mr Sim

Anton Corbijn

Lien permettant d’accéder à 15 photos de James Dean par Dennis Stock:

http://www.telerama.fr/cinema/james-dean-par-dennis-stock-ou-la-naissance-d-une-icone,131135.php

Publié dans Dossiers, Uncategorized | Commentaires fermés sur Anton Corbijn

Woody Allen et la philosophie

Depuis ses débuts, Woody Allen est fasciné par la philosophie. Il l’a tournée en dérision dans des essais humoristiques comme « Ma philosophie », des pièces comme « Death Knocks » et « God », et bien entendu des films à l’instar de Guerre Et Amour. Plus sérieusement, il a exploré des thèmes philosophiques dans Crimes Et Délits et Match Point. « Depuis que je suis tout petit, je suis attiré, pour je ne sais quelle raison, par ce qu’on appelle en général les « grandes questions existentielles », dit-il. Dans mon parcours professionnel, j’en ai fait des sujets qui prêtent à rire lorsqu’il s’agit d’une comédie et, s’il s’agit d’une œuvre plus sombre, des objets de conflit entre mes personnages. »

L’intérêt du cinéaste pour la philosophie s’est manifesté plus nettement quand il a découvert, à l’adolescence, l’œuvre d’Ingmar Bergman : « Ses films m’ont fasciné, confie-t-il. À l’époque, je n’avais pas lu Nietzsche ou Kierkegaard, qui ont beaucoup marqué Bergman, mais les thèmes qu’il abordait ont trouvé un fort écho chez moi. J’étais captivé par ses films et par les questions et les problèmes qu’ils soulevaient. Par la suite, au fil des années, j’ai lu pas mal de philosophes et j’ai mieux cerné qui avait pu inspirer Bergman et à partir de quelles idées il avait bâti ses intrigues. En grandissant, j’ai de plus en plus apprécié de lire des ouvrages de philo, de pouvoir comparer leurs idées, et d’observer à quel point ils s’opposent et se contredisent sur leurs approches divergentes des grandes questions existentielles. »

La passion du réalisateur pour la philosophie est tellement prégnante dans son œuvre qu’elle a inspiré plusieurs ouvrages de réflexion sur les thèmes philosophiques abordés dans ses films. « Je ne pense pas que mes scénarios ou mes pièces soient particulièrement novateurs sur un plan philosophique, poursuit-il. Ils ne sont que le fruit des philosophes que j’ai lus. Au mieux, on peut estimer qu’il existe une certaine cohérence dans les thèmes philosophiques que j’ai abordés dans la plupart de mes films. Mais il s’agit là d’obsessions personnelles qui touchent à des thématiques sur lesquelles des penseurs réfléchissent depuis longtemps. Je m’intéresse à des réalités déprimantes qui m’obsèdent. Elles obsèdent des artistes et des intellectuels bien plus pointus que moi, mais je les aborde dans mes films en y apportant mon propre regard. » Les thématiques que Woody Allen explore régulièrement dans ses films sont le plus souvent assez sombres. C’est évidemment le cas de ses œuvres les plus noires, comme Match Point, mais même ses films les plus légers sont parfois empreints de gravité. L’Homme Irrationnel exprime la vision sans concession qu’a Woody Allen sur le monde.

Professeur de philosophie, Abe Lucas (Joaquin Phoenix) est un homme perdu. Son étude des grands penseurs ne l’a pas rendu heureux : il a renoncé à toute foi dans sa vocation et tout espoir en l’avenir. « Abe a toujours cherché à faire quelque chose de constructif de sa vie, estime Phoenix. Il s’est engagé dans l’action politique et s’est rendu dans des zones touchées par des catastrophes pour tenter de venir en aide aux populations locales. Mais il a vécu des événements terribles et, au bout d’un certain temps, il s’est mis à avoir le sentiment que ses actions, quelles qu’elles soient, étaient inefficaces. Et s’il a aimé son métier d’enseignant autrefois, il estime que ses cours n’auront une incidence majeure que sur un tout petit nombre de ses étudiants. La plupart d’entre eux mèneront des vies banales et ne se pencheront même pas sur leur passé quand leur fin sera proche. » Le cinéaste renchérit : « Abe est abattu par les souffrances et la laideur du monde, comme par l’effroyable vulnérabilité de l’être humain. Il a l’impression d’être un raté parce qu’il n’a jamais accompli quoi que ce soit de vraiment marquant. Il s’est contenté d’écrire de nombreux articles savants qui ont nourri des débats entre enseignants et étudiants. Mais il est en arrivé à un point où tout cela lui est devenu totalement indifférent. »

Lorsqu’il débarque à Braylin, modeste université de la Côte Est où il est censé enseigner pendant un été, il est précédé d’une réputation d’intellectuel controversé ayant vécu des événements tragiques. Il devient un sujet de discussion entre enseignants et un objet de grande curiosité de la part des étudiants. Si son excentricité et son charisme sont à la hauteur de sa réputation, sa dépression en surprend plus d’un. Il déconcerte également ses étudiants en leur expliquant que bon nombre de théories philosophiques sont d’une totale vacuité et ne répondent pas aux questionnements existentiels les plus importants….

…La vie d’Abe change radicalement après un événement totalement inattendu. Alors qu’il est au restaurant avec Jill, le couple surprend une conversation très tendue à la table voisine. Abe et Jill réagissent tous les deux, mais le premier ne tarde pas à se montrer inquiet par ce qu’il vient d’entendre. Sans en parler, il se dit que le moment est venu d’intervenir. « Abe décide de prendre le taureau par les cornes et d’agir, souligne Allen. Ce n’est plus une décision abstraite, comme le fait d’écrire une lettre ouverte dans le New York Times ou de participer à des manifestations inutiles. L’occasion lui est enfin donnée de commettre un acte à sa portée dont les conséquences ne seront pas nulles. »

La décision d’Abe semble lui donner des ailes. Lui qui se sentait inutile et déprimé déborde soudain d’énergie et d’enthousiasme. « Il retrouve soudain goût à la vie, confie le réalisateur. Il apprécie le vin, il aime faire l’amour et il se régale d’un solide petit déjeuner et d’une bonne nuit de sommeil. ». Bref, il a envie de vivre. Phoenix note : « Abe a de nouveau foi en la vie parce qu’il s’est fixé un but bien précis auquel il croit. C’est exactement ce qu’il cherchait sans même savoir qu’il le cherchait. Il se dit non seulement qu’il fait quelque chose de constructif, mais il a le sentiment de se lancer dans une aventure en mettant son plan à exécution. »
N’en connaissant pas la vraie raison, Jill s’imagine qu’Abe a retrouvé sa joie de vivre grâce à elle. « Elle considère qu’elle en est à l’origine à 100%, indique Emma Stone. C’est – pense-t-elle – parce qu’elle a su le comprendre, être présente à ses côtés et reconnaître ses talents de poète. Elle se dit qu’elle a fini par le sauver. »

Bien entendu, le plan qu’Abe s’apprête à mettre en œuvre est irrationnel. Même s’il est capable de rationaliser les choses, cet argument ne résiste pas à l’analyse. « Abe finit par croire dans cette initiative irrationnelle, qui est le fruit de nombreuses années de colère et de frustration et d’une vision déformée du monde et des gens, » affirme Allen. Abe estime qu’il est à même d’agir selon son bon vouloir parce qu’il pense pouvoir remettre en question les normes les plus conventionnelles. Mais il n’a rien de l’homme rationnel qu’il croit être. « Comme l’explique la mère de Jill, Abe brille sur la forme, mais le fond n’y est pas, souligne Allen. Il manie bien la langue, il est cultivé et il utilise des arguments intelligents qui ont l’air convaincants, mais si on le pousse dans ses retranchements, sa rhétorique ne tient pas la route. »

L’homme Irrationnel a été tourné à Newport (dans le Rhode Island), à Providence et dans ses environs, et le campus de l’université de Salve Regina a servi de cadre au fictif Braylin College. Par ailleurs, la bande-originale se compose essentiellement de morceaux du Ramsay Lewis Trio comme « The ‘In’ Crowd », « Wade in the Water » et « Look-A-Here ». Woody Allen s’explique : « Cette musique possède un tempo et une énergie qui s’accordent très bien aux images, que les personnages conduisent ou marchent à son rythme, ou encore qu’ils se comportent mal. C’est une partition enlevée qui évoque le caractère orageux des personnages. »

Comme bon nombre de ses drames intimes, Allen a tourné le film en format large : « J’ai souvent le sentiment que ce type de format convient bien aux histoires intimes, contrairement aux idées les plus répandues selon lesquelles seuls le western et le film de guerre correspondent à ce dispositif. » analyse le réalisateur. Loin de l’esthétique romantique adoptée dans Minuit À Paris et Magic In The Moonlight, il a privilégié une approche réaliste. « C’est beaucoup plus facile de tourner un film sur le Paris des années 1920, et de filmer des réverbères, des rues pavées et des diligences et de donner le sentiment que les décors ont coûté une fortune, reprend-il. Mais il faut mettre en place une logistique très détaillée pour rendre un film comme L’HOMME IRRATIONNEL visuellement réussi, et j’ai le sentiment qu’on y est parvenu. Pour autant, je ne voulais pas styliser l’image à outrance car le plus important, c’est que le spectateur se passionne pour le parcours des personnages, et les comédiens ont parfaitement joué le jeu. »

Allen estime que Joaquin Phoenix possède une « complexité intérieure » qui correspondait à son rôle. « Tout ce que vous lui demandez de faire, ou de dire, devient intéressant grâce à cette complexité qu’il dégage naturellement, ajoute le cinéaste. « Il n’est jamais statique. » Après Magic In The Moonlight, c’est la deuxième fois qu’Emma Stone tourne sous la direction de Woody Allen. « Emma est d’une intelligence innée, déclare le réalisateur. Elle a un registre de jeu extraordinaire : elle peut être tour à tour hilarante et profondément émouvante. »

« En lisant le scénario, je me suis dit qu’il soulevait de nombreuses questions d’éthique, confie-t-elle. Abe ne se conforme pas aux conventions sociales et Jill cherche à savoir jusqu’où elle peut aller. » Emma Stone ajoute : « Ce qui m’a plu, c’est que le scénario explore le thème du hasard et du destin, qui était déjà au cœur de Magic In The Moonlight et de tant d’autres de ses films. »

Le hasard joue un rôle crucial dans L’homme Irrationnel. L’intrigue repose sur des événements fortuits dont les conséquences peuvent être vitales. D’ailleurs, l’histoire illustre l’une des théories philosophiques chères à Woody Allen : « Je crois ferme dans le caractère totalement aléatoire et futile de l’existence, affirme-t-il. C’est ce que j’ai tenté de montrer dans Match Point et qu’Abe enseigne à ses étudiants. La vie tout entière se déroule sans rythme, ni rationalité. Nous sommes tous soumis aux fragiles contingences de l’existence. Comme chacun sait, il suffit d’être au mauvais endroit, au mauvais moment… »

Publié dans A propos de..., Dossiers | Commentaires fermés sur Woody Allen et la philosophie

Glossaire à destination des non-initiés

L’Inde, la plus grande démocratie du monde à être tournée vers l’innovation, est aussi l’un des plus anciens foyers de civilisation, ainsi que le berceau de plusieurs religions dont l’hindouisme (pratiqué par plus de 80% de la population), le jainisme, le sikhisme et le bouddhisme. La place de la religion dans la vie quotidienne est centrale. Elle régit, de la naissance à la mort, chaque étape cruciale de l’existence (par exemple le mariage) par le biais de codes, rites, rituels, cérémoniaux, basés sur un calendrier lunaire selon lequel l’astrologie détermine chaque activité. Le système sociétal est donc extrêmement complexe.
La hiérarchie rigoureuse, endogame, injuste puisque héréditaire, du système des castes (division de la population en classes) impose des lois intransigeantes qui déterminent la destinée professionnelle d’un individu dès sa naissance. La société hindoue se compose principalement de 4 castes associées à des catégories socio-professionnelles :
• la caste la plus élevée des Brahmanes, constituée de prêtres et d’enseignants • Kshatriya, dont dépendent des princes, rois et guerriers • Vaishyas, celle des commerçants et agriculteurs • les Shudras, ou caste des serviteurs
Enfin, 25 % de la population indienne fait partie d’une cinquième caste, celle des intouchables ou dalits (opprimés). Gandhi les surnommait Harijan, « les enfants du dieu Vishnu ».
La société a longtemps pénalisé les plus défavorisés en les cantonnant aux tâches les plus ingrates, telles que balayer les rues, nettoyer les sanitaires, laver du linge ou s’occuper des crémations. De quoi argumenter la lutte menée par la population concernée pour retrouver une dignité humaine. En légiférant sur l’abolition de cette stigmatisation, la constitution a pu apporter des éléments de réponse à cette injustice.
La hiérarchisation de la population est intimement liée au cycle de la vie et de la mort, ainsi qu’à la notion de réincarnation, qui fait partie des croyances fondamentales de l’hindouisme. Selon ces croyances, l’âme, après la mort d’un homme, prend la forme d’un autre être vivant. La réincarnation (sous forme animale, végétale ou humaine dans une caste plus privilégiée) est prédéterminée en fonction des actes menés par la personne au cours de sa vie antérieure, c’est-à-dire de son Karma. La délivrance ultime de ce cycle perpétuel est conditionnée par les diverses actions conduites durant la vie, et ne peut être accordée que par le tout puissant dieu Brahman qui lui seul a le pouvoir de briser le cycle des réincarnations.

Vârânasî la ville sainte, le Gange fleuve sacré et le ghat :
Mark Twain, célèbre auteur américain et indophile, disait de la ville sainte Vârânasî (renommée Bénarès par les britanniques), « Bénarès est plus vieille que l’histoire, plus vieille que la tradition, plus vieille même que la légende, et elle a l’air d’être plus vieille que les trois réunies ».
Vârânasî, centre d’études théologiques, l’un des 7 hauts lieux de pèlerinage pour la communauté hindoue, est citée dans les textes sacrés des épopées mythologiques « Mahabharata » et « Ramayana », écrits plusieurs siècles avant l’ère chrétienne. Selon la mythologie, le fleuve sacré Gange aurait pris sa source dans la chevelure d’un des principaux dieux hindous, Shiva, dieu de la destruction, de la création du nouveau monde, et seigneur des lieux de crémation. Il était alors normal que Vârânasî soit sous la protection du dieu Shiva. Pour tout croyant, le Gange symbolise le moyen d’ac- céder de son vivant à l’ablution, par le biais du bain sacré, puis un moyen de se purifier par la prière et enfin, sous réserve d’avoir mené une vie vertueuse, de se réincarner dans une caste supérieure grâce au rite de passage que constitue la crémation.
Le terme « ghat » désigne les escaliers aménagés qui mènent aux berges du fleuve sacré où ont lieu les baignades, les prières ainsi que les nombreuses crémations quotidiennes. Vârânasî compte environ une centaine de ghats aux noms diffé- rents ; on estime à environ 30 000 le nombre de crémations qui s’y déroulent par an. Un certain nombre de ghats sont la propriété privée de familles fortunées et de Maharadjas depuis plusieurs générations. Ces derniers les ont aménagés en construisant de somptueux édifices ainsi que des temples aux styles architectu- raux variés. Autour de ces pratiques religieuses s’est créée une véritable industrie qui a ses propres codes. La crémation, acte considéré comme impur, est une tâche exclusivement allouée à la caste des intouchables ou dalits.
Bonus Day :
Sur le ghat, la personne dont c’est le Bonus Day reçoit tous les gains générés par toutes les crémations du jour. Par exemple : disons que c’est mon jour de bonus et que vous êtes l’un des ouvriers sur le ghat. Si vous facturez 600 dollars pour incinérer un corps, 500 seront pour moi et 100 pour vous. Admettons qu’il y ait 100 corps incinérés ce jour, alors je récolte plus de 100X500 dollars de bonus. Ce jour de Bonus est une sorte de bien intangible, transmis au fil des ans. Ainsi, si j’ai 2 jours de bonus par an et que je pré- vois d’avoir deux fils, mes deux fils vont hériter d’un jour de bonus par an chacun. Telle est la logique du Bonus Day.

L’amour, l’adultère et les codes de la relation amoureuse au sein de la société hindoue :
Toutes les étapes de la vie d’un hindou sont régies par des règles imposées d’une part par les textes religieux, d’autre part par la société en tant que telle. Les actes de se marier, et même de s’aimer, doivent obéir à ces règles. Le flirt et les relations sexuelles hors mariage ne sont pas autorisés. Le mariage est arrangé par les parents avec un ou une prétendant(e) de caste similaire. S’aimer, avoir des relations sexuelles sont des choses envisageables une fois seulement que les deux personnes sont unies par les liens sacrés du mariage.
Bien que la société soit en pleine mutation, que la femme indienne moderne soit cultivée, ait fait des études, ait un métier et soit de plus en plus souvent financiè- rement indépendante, la question du mariage reste la même : les traditions ances- trales éclipsent toujours tout le reste, en imposant l’ordre moral.
Il apparaît donc tout à fait normal que les parents choisissent un(e) époux/ épouse à leur enfant, et que le jeune couple, alors parfaitement étranger l’un à l’autre, attende le moment du mariage pour consommer cet amour imposé. Transgresser ces règles conduit irrémédiablement à une sanction extrêmement lourde qui se traduit en pre- mier lieu par la notion du déshonneur vis-à-vis de la société, puis par le rejet de sa propre famille, et enfin par une mise à l’écart, véritable ostracisation qui conduit souvent au suicide, tant l’amour interdit reste associé à la souffrance et à la mort.
Internet, Facebook et autres sites de rencontres sont autant de moyens dont raffole la génération actuelle en quête de soi, dans un pays déchiré entre rêve de modernité possible grâce aux nouvelles technologies et poids de traditions millénaires, entra- vant l’émancipation des êtres humains en les privant de leur liberté fondamentale, les gardant prisonniers d’un cycle perpétuel et sans espoir d’échappatoire.

Publié dans Masaan | Commentaires fermés sur Glossaire à destination des non-initiés

A propos de Citizenfour

Notes de lecture sur
« L’art de la révolte. Snowden, Assange, Manning »
de Geoffroy de Lagasnerie

Les manières classiques de contester s’intègrent dans les règles de l’Etat de droit : droit de grève, de manifestation, de pétition etc. Une façon nouvelle d’un mouvement singulier risque d’être intégrée dans le langage en cours et donc d’être assimilée sans qu’on en comprenne toute l’originalité. Michel Foucault a développé la nécessité de percevoir la rupture de ces mouvements singuliers. L’auteur, dans cette ligne, cherche à faire ressortir ce qu’ont de singuliers ceux qu’on appelle les « lanceurs d’alerte », car il veut démontrer qu’ils sont bien plus que cela. Ils figurent l’avènement d’un nouveau sujet politique. D’ailleurs, la violence extrême des Etats à leur égard révèle l’effet de déstabilisation qu’ils font redouter. Or, on leur doit une nouvelle manière de penser la politique qui s’avère nécessaire, précieuse voire inéluctable.

Snowden dénonce une fragilisation de la structure de l’Etat de droit et des libertés individuelles par une pratique secrète et illégale d’une surveillance de tout le monde, y compris hors frontière des USA. « Ma seule motivation est d’informer le public de ce qui se fait en son nom et contre lui. » L’Etat tend à abandonner sa capacité à se limiter lui-même pour respecter la notion de vie privée.

Les Etats démocratiques tendent à développer en leur sein une sphère non démocratique, non publique, non contrôlée, non contrôlable. Ce qui entraine des abus de pouvoir, de l’injustice, de la corruption. Wikileaks tend à renverser les choses : transparences des pouvoirs publiques et anonymat des dénonciateurs des atteintes à la démocratie. Il s’agit d’instaurer le contrôle des gouvernements par les citoyens.

Le fait que des connaissances ou informations réservée à une classe de privilégiés soient révélées au public déclenche une grande violence du pouvoir établi, probablement en raison de la blessure narcissique de ceux qui perdent ce privilège de classe, qui consiste à regarder les autres comme des ignorants. Mais il y a plus.

La question du terrorisme a conduit les Etats à créer de plus en plus du hors-droit et des dispositifs d’exception. À Guantanamo, on assiste à la création d’individu sans statut juridique, c’est-à-dire ni prisonniers, ni accusés, mais seulement en détention indéfinie, tant au sens temporel qu’à sa nature : en se soustrayant à la loi et au contrôle judiciaire. Ainsi, le souverain de l’Etat-nation se donne le pouvoir de se soustraire lui-même au droit en mettant des personnes hors protection juridique.

Snowden, Assange et Manning ne font pas que rappeler les Etats au respect de la loi. Ils ne font pas de la désobéissance civile qui suppose de rendre compte de son action dans l’Etat qu’il cherche à faire évoluer, quitte à aller en prison. Leur pratique est plus radicale encore.

La pratique de l’anonymat et de la fuite sont des moyens de se soustraire à la soumission à la justice de son pays ; pas seulement pour échapper aux sanctions.

Le sujet anonyme organise son invisibilité. Il réalise un dégagement de son action et de lui-même. Pour Wikileaks, il s’agit de permettre aux individus qui appartiennent à une institution d’agir politiquement contre cette institution en faisant sortir des informations de l’institution vers le public. Donc, cela sert à sortir de la logique sacrificielle celui qui dénonce les dérives de son institution, chose concevable lorsqu’on n’est pas responsable de cette dérive. Cette pratique restaure de la parole là où régnaient la censure et la raréfaction des sujets parlants. Les codes de négociation traditionnels sont institutionnalisés : ils limitent les possibilités de contestation et aussi les fuites à l’extérieur. De nombreuses institutions offrent une protection juridique aux lanceurs d’alerte à condition qu’ils s’expriment en interne. C’est une façon de tenter de restaurer un circuit traditionnel pour la protestation.

Mais l’anonymat permet en outre de cultiver une double position, en interne d’une part, en externe d’autre part, où il peut bénéficier d’une sorte de protection psychique en se dés-idendifiant de son institution et en retrouvant ainsi plus de lucidité, et plus de rétivité. C’est une technique de désassujettissement.

L’anonymat permet de ne pas nouer une relation non voulue. Il n’est pas nécessaire de trouver le compromis non conflictuel qui euphémiserait le conflit. Il s’agit de donner naissance à des luttes affranchies du regard d’autrui.

Avec Snowden, c’est la question de l’appartenance à sa communauté qui est remise en question. Il fuit à l’étranger et fait en sorte de ne pouvoir être extradé dans son pays. Ce qu’il remet en question de cette manière, c’est la violence de l’Etat qui le constitue citoyen de son pays, sans qu’il puisse le choisir et le mettant en devoir de rendre des comptes s’il dénonce des pratiques de cet Etat, même si ces pratiques sont illégales et contestables. En outre, cet Etat peut lui limiter ses possibilités de déplacement. Lorsqu’il était en transit à l’aéroport de Moscou, l’Etat américain a invalidé son passeport, montrant par-là, qu’il était maître de ses déplacements dans le monde.

De cette manière, se retrouve politisée le fait de pouvoir choisir ou pas le pays où l’on veut vivre, et son système juridico-politique. Habituellement, l’action politique s’articule autour des termes d’opposition, de résistance, de révolution. Là, il s’agit de notre inscription comme sujet de l’Etat qui est imposé. (Notons en passant que la plupart des entreprises transnationales échappent à cette assujettissement et à leurs devoirs de l’impôt. L’auteur n’aborde pas cet aspect de la question.)

Snowden refuse de se définir par rapport à son pays. Il n’est pas responsable des pratiques de la NSA et ne peut donc accepter d’être qualifié de « traître ». Il récuse sa nationalité et se reconnaît plutôt dans les communautés qu’il a pu choisir sur Internet.

Cette réflexion s’ouvre aussi sur les questions posées par les migrations. Ainsi se confrontent la liberté individuelle de choisir et le choix collectif de poser des conditions sur les devoirs et droits de l’individu. Ne devrait-on pas opter pour un modèle de l’Etat de type associatif qui laisserait place au choix de l’individu ?

Ce qui semble très important à l’auteur, c’est l’aspiration à se constituer autrement que l’Etat nous produit, c’est-à-dire à sortir de l’assujettissement juridico-politique non choisi. Snowden, Assange et Manning incarnent des contre-sujets destinés à enrayer l’assujettissement afin de reprendre un contrôle sur soi-même pour vivre des modes d’existence empêchés par le statut de sujet de droit. On mesure ainsi qu’il s’agit d’un style de vie politique qui met en cause les dispositifs régulant le fonctionnement ordinaire des démocraties contemporaines.

Cette dénationalisation des esprits est probablement largement due au développement d’Internet : « Internet m’a permis d’expérimenter la liberté et d’explorer pleinement mes facultés d’humain » dit Snowden.

Mais on pourrait ajouter à ces propos, qu’aujourd’hui la notion du politique se limite de moins en moins à ce qui est manifeste : une partie de plus en plus importante du pouvoir de décision sur la vie des sociétés se prépare dans des cercles restreints de façon anonyme (cf. à ce sujet l’excellent travail de Susan GEORGE « Les usurpateurs. Comment les entreprises transnationales prennent le pouvoir » Ed. Seuil 2014) et transfrontalière, c’est-à-dire de façon non démocratique. JL Tourvieille

Publié dans A propos de... | Commentaires fermés sur A propos de Citizenfour

François Grospiron

François Grospiron 001Éléments de biographie :

J’ai depuis mon adolescence, où j’habitais la région parisienne, pris goût au cinéma, fréquentant assez régulièrement les salles d’Art et d’Essai, et la Cinémathèque du Palais de Chaillot à Paris.
Le collège puis le Lycée que je fréquentais avaient un ciné-club, tout cela a contribué à forger mon goût pour cet art.
Enseignant de français, j’ai continué dans cette voie en animant dans les établissements où j’ai exercé des ciné-clubs d’abord, puis des ateliers de pratiques artistiques audio-visuelles, tout en intégrant dans ma pratique quotidienne d’enseignant un travail sur l’analyse de l’image, fixe ou animée, et donc du cinéma. J’ai fait partie du groupe de pilotage de l’opération « Collège au Cinéma », et du groupe des formateurs « images et médias » du Rectorat de Grenoble, animant entre autres les  stages « Collège au Cinéma » dans l’Académie de Grenoble, ou des stages plus spécifiques su l’image en général, ou tel aspect du cinéma. J’ai également publié quelques articles en rapport avec des films étudiés dans la revue « L’Ecole des Lettres-Collèges ».
Aujourd’hui retraité, je participe, comme depuis sa création en 1996, aux activités de l’association « Plan Large », association de cinéphiles d’Annecy et environs, qui crée des évènements cinématographiques (Clap Maghreb etc.) ou participe à des évènements existants (Biennale du Cinéma Espagnol, Semaine du Cinéma Hispano Américain, Rencontres du Cinéma Slovaque et d’Europe Centrale par exemple), et ai continué pendant deux ans à assurer des stages pour le Rectorat de Grenoble.
Toujours passionné par le cinéma, et convaincu de l’intérêt qu’il y a à parler de cinéma et à réfléchir à son sujet comme au sujet de toutes les images qui nous entourent, je continue à répondre à des propositions qui me sont faites en ce sens, ou à en proposer.

Publié dans François_Grospiron | Commentaires fermés sur François Grospiron